Deere déclare un bénéfice de 243 M$ pour le premier trimestre

Moline (États-Unis), 18 févrrier 2010 – Le revenu net imputable à Deere & Company (NYSE : DE) était de 243,2 M$, ou 0,57 $ par action, pour le premier trimestre clos le 31 janvier, comparativement à 203,9 M$, ou 0,48 $ par action, pour la période équivalente de l’exercice précédent.

À l’échelle mondiale, les ventes nettes et les produits ont chuté de 6 pour cent, à 4,835 G$, pour le premier trimestre, comparativement à 5,146 G$ il y a un an. Pour la période visée, les ventes nettes tirées des activités relatives à l’équipement se sont établies à 4,237 G$, comparativement à 4,560 G$ l’an dernier.

« Les résultats enregistrés pour ce trimestre reflètent une solide exécution de nos plans d’exploitation et de marketing à l’échelle de la société et s’avèrent particulièrement valorisant, compte tenu de la conjoncture économique mondiale qui tarde à montrer des signes de reprise », a déclaré Samuel R. Allen, président et chef de la direction. « Il ne fait aucun doute que nous récoltons le fruit de nos efforts d’accroissement de la clientèle, grâce à de nouveaux produits de pointe, tout en faisant preuve d’une discipline encore plus ferme quant à la gestion des coûts et des actifs. »

Résumé des activités
Les ventes nettes des activités mondiales relatives à l’équipement ont diminué de 7 pour cent pour le trimestre, ce qui inclut une incidence positive de conversion des devises de 5 pour cent et une amélioration de l’actualisation des prix de l’ordre de 2 pour cent. Aux États-Unis et au Canada, les ventes nettes d’équipement ont chuté de 8 pour cent pour le trimestre. Hors des États-Unis et du Canada, les ventes nettes ont connu une baisse de 6 pour cent, incluant une incidence positive de conversion des devises de 12 pour cent.

Les activités relatives à l’équipement de Deere ont généré un bénéfice d’exploitation de 315 M$ pour le trimestre, comparativement à 307 M$ l’an dernier. Cette amélioration est principalement attribuable à la réduction des coûts des matières premières, de l’amélioration de l’actualisation des prix et des incidences positives des taux de change, et de la gamme de produits. Cependant, la diminution des volumes d’expédition et de production ainsi que l’augmentation des charges complémentaires de retraite sont venues partiellement contrebalancer cette amélioration.

L’accent mis par la société sur la gestion rigoureuse des actifs a continué de générer de solides résultats. À la clôture du trimestre, les comptes clients et les stocks s’élevaient à 5,873 G$, ce qui représente une réduction de 1,439 G$, soit 20 pour cent, comparativement à la période équivalente de l’exercice précédent. À la fin du trimestre, les comptes clients et les stocks équivalaient à 29 pour cent des ventes pour les 12 derniers mois, comparativement à 7,312 G$, ou 28 pour cent des ventes de l’exercice précédent.

Le revenu net tiré des activités relatives aux services financiers de la société s’élevait à 85,1 M$ pour le trimestre, par rapport à 46,8 M$ l’an dernier. Cette hausse des résultats est principalement attribuable à l’amélioration des écarts de financement.

Perspectives de la société et résumé
Les ventes d’équipement de la société devraient enregistrer une hausse de 6 à 8 pour cent pour l’exercice financier 2010 et une hausse de 4 à 6 pour cent au cours du deuxième trimestre, comparativement aux périodes équivalentes de l’exercice précédent. Cette hausse tient compte d’une incidence positive de conversion des devises d’environ 3 pour cent pour l’exercice et d’environ 5 pour cent pour le trimestre. Pour l’exercice complet, le revenu net imputable à Deere & Company devrait s’élever à environ 1,3 G$.

Selon M. Allen, l’accent mis sur la gestion rigoureuse des coûts et des actifs positionne la société Deere favorablement pour réagir à une reprise de l’économie mondiale et, à plus long terme, pour répondre aux besoins croissants dans les secteurs de l’alimentation, du logement et de l’infrastructure. M. Allen a ajouté : « Nous croyons que des développements positifs fondés sur les perspectives mondiales concernant la hausse de la population et la croissance économique présentent un grand potentiel et devraient aider notre société à offrir de la valeur à nos clients et nos investisseurs pour de nombreuses années à venir. »

Rendement des divisions de l’équipement
Équipement agricole et gazons. Pour le trimestre, les ventes ont diminué de 6 pour cent, principalement en raison de la baisse des volumes d’expédition, compensée en partie par les répercussions positives de la conversion des devises et l’amélioration de l’actualisation des prix. Le bénéfice d’exploitation s’élevait à 352 M$ pour le trimestre, comparativement à 289 M$ l’an dernier. Cette augmentation est principalement attribuable à la réduction des coûts des matières premières, à l’amélioration de l’actualisation des prix et aux incidences positives des taux de change et de la gamme de produits. Ces facteurs ont été contrebalancés en partie par la baisse des volumes d’expédition et de production et la hausse des charges complémentaires de retraite.

Construction et foresterie. Pour le trimestre visé, les ventes dans le secteur de la construction et de la foresterie ont diminué de 15 pour cent, ce qui est principalement attribuable à la baisse des volumes d’expédition, compensée en partie par les incidences positives de la conversion des devises. Le secteur a enregistré une perte d’exploitation de 37 M$ au cours du trimestre, comparativement à un bénéfice d’exploitation de 18 M$ pour l’exercice précédent. Cette diminution est attribuable en grande partie à la baisse des volumes d’expédition et de production ainsi qu’à la hausse des charges complémentaires de retraite.

Conjoncture et perspectives du marché
Équipement agricole et gazons. Pour l’exercice 2010, on prévoit que les ventes mondiales de la division de l’équipement agricole et des gazons augmenteront de 4 à 6 pour cent, incluant une incidence positive de la conversion des devises d’environ 4 pour cent.

À l’échelle de l’industrie, les ventes de machinerie agricole aux États-Unis et au Canada devraient êtres comparables à celles enregistrées en 2009. Les rentrées de fonds et le prix des marchandises ont conservé des niveaux sains, ce qui, combiné aux faibles taux d’intérêt, contribue particulièrement à la vente de l’équipement de plus grande taille. Dans d’autres régions du monde, notamment en Europe de l’Ouest, les ventes de machinerie agricole au sein de l’industrie devraient diminuer de 10 à 15 pour cent pour l’exercice, et ce, principalement en raison de la faiblesse des secteurs du bétail, des produits laitiers et du grain. La pression sur les ventes dans l’Europe centrale et dans la Communauté des États indépendants devrait se maintenir en raison de la conjoncture économique difficile et des faibles niveaux de crédit disponible. En Amérique du Sud, les ventes au sein de l’industrie devraient augmenter de 10 à 15 pour cent pour l’exercice grâce au retour à des conditions plus normales et à la reprise du marché fondamental qu’est le Brésil. La conjoncture du marché brésilien est soutenue par de bons prix pour le soya et la canne à sucre ainsi que la disponibilité de financement important endossé par le gouvernement. Au sein de l’industrie, les ventes de l’équipement d’entretien du gazon et des tracteurs utilitaires compacts aux États-Unis et au Canada devraient demeurer relativement stables au cours de l’exercice compte tenu d’une conjoncture économique stagnante aux États-Unis.

Construction et foresterie. Les ventes internationales dans le secteur de l’équipement de construction et de foresterie de Deere devraient augmenter d’environ 21 pour cent pour l’exercice 2010. Les ventes devraient tirer profit des réductions considérables des stocks enregistrées pendant l’exercice précédent, ce qui mettrait la société en bonne position pour harmoniser la production et la demande au détail en 2010. Les marchés américains de l’équipement de construction devraient demeurer à un point très faible au cours de l’exercice, compte tenu d’un déclin dans la construction non résidentielle et des niveaux relativement élevés d’utilisation de l’équipement usagé. Les marchés mondiaux de la foresterie devraient connaître des résultats vigoureux en comparaison aux résultats extrêmement faibles enregistrés à l’exercice précédent, stimulés par une reprise de l’activité économique à l’échelle mondiale et une légère augmentation des mises en chantier aux États-Unis.

Crédit. Le revenu net tiré des activités de crédit imputable à Deere & Company pour la totalité de l’exercice 2010 devrait se chiffrer à environ 260 M$. Cette augmentation prévue par rapport à 2009 est principalement attribuable aux écarts de financements plus favorables.

John Deere Capital Corporation
Les renseignements suivants sont communiqués au nom de la filiale de crédit de la compagnie, John Deere Capital Corporation (JDCC), conformément aux obligations de divulgation applicables à l’émission périodique de titres de créance sur le marché public.

Le revenu net imputable à John Deere Capital Corporation s’élevait à 63,9 M$ pour le premier trimestre, comparativement à 35,0 M$ pour l’exercice précédent. Cette augmentation des résultats est principalement due à l’amélioration des écarts de financement.

Les créances et les locations nettes financées par JDCC se chiffraient à 18,510 G$ en date du 31 janvier 2010, comparativement à 18,459 G$ pour l’exercice précédent. Les créances et les locations nettes administrées, qui incluent les créances administrées mais non détenues, totalisaient 18,626 G$ en date du 31 janvier 2010, comparativement à 18,628 G$ pour l’exercice précédent.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

John Deere
http://www.deere.com/


Autres articles