Greenpeace félicite le gouvernement de la France pour avoir interdit la culture du mais OGM par précaution

Montréal (Québec), 26 octobre 2007 – Greenpeace félicite le gouvernement français pour l’annonce faite par le président Nicolas Sarkozy selon laquelle la France suspend indéfiniment la culture du mais OGM. Dans une déclaration concluant le sommet environnemental de Grenelle, le président Sarkozy faisait état de ses doutes sur la sécurité et l’utilité des OGM, ainsi que de ses craintes de la contamination génétique incontrôlée. L’interdiction de la France intervient le même jour où le Commissaire à l’environnement de l’Union européenne Stavros Dima, propose une interdiction de deux variétés de mais OGM (Bt11 and Bt1507) à cause des risques qu’ils posent à l’environnement.

Sarkozy a conclut le sommet de Grenelle avec une déclaration surplusieurs thèmes incluant les OGM et le principe de précaution : « Je veuxrevenir sur le dossier des OGM : la vérité est que nous avons des doutes surl’intérêt actuel des OGM pesticides ; la vérité est que nous avons des doutessur le contrôle de la dissémination des OGM ; la vérité est que nous avons desdoutes sur les bénéfices sanitaires et environnementaux des OGM… dans lerespect du principe de précaution, je souhaite que la culture commerciale desOGM pesticides soit suspendue. Ceci en attendant les conclusions d’uneexpertise à conduire par une nouvelle instance qui sera créée avant la fin del’année. »

Le mais OGM de Monsanto, le MON810 qui produit un pesticide, est le seulOGM actuellement cultivé en Europe et sera maintenant interdit. On estime quemoins de 20 000 hectares d’OGM sont cultivés en France en 2007. « Greenpeaceest satisfait que le gouvernement français ait reconnu la validité desarguments environnementaux et interdit la culture de mais OGM à risque.L’annonce du président Sarkozy est une victoire pour les consommateurs, lesagriculteurs et l’environnement. Greenpeace invite tous les gouvernements àemboîter le pas à la France », déclare Doreen Stabinsky, conseillèrescientifique à Greenpeace International.

Au Canada, le mais OGM MON810 est autorisé depuis 1997. Les mais OGMcouvrent 820 000 hectares et représentent environ 50 % de tout le maiscultivé. « Pendant que le président Sarkozy agit, le gouvernement canadien n’atoujours pas ratifié le protocole de biosécurité, ni imposé l’étiquetageobligatoire des OGM et il s’oppose à une responsabilité légale stricte pourles producteurs d’OGM », constate Eric Darier, responsable de la campagneagriculture à Greenpeace Canada.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Greenpeace Canada
http://www.greenpeacecanada.org/


Autres articles