Les États-Unis d’accord pour une protection partielle du poulet mexicain

France, 30 décembre 2002 – La volaille mexicaine devrait avoir droit à un traitement particulier au moment où le Mexique va supprimer ses protections aux frontières avec les États-Unis, donnant ainsi libre accès aux produits agroalimentaires américains, comme le prévoient les accords signés dans le cadre du grand marché nord-américain (Alena) entre le Canada, les Etats-Unis et le Mexique. L’industrie avicole mexicaine, qui occupe le sixième rang mondial avec un chiffre d’affaires de deux milliards de dollars, est en effet un secteur sensible pour ce pays et devrait pouvoir continuer de bénéficier de protections tarifaires pour une période de cinq ans, indique le Wall Street. Alors que le traité de libre-échange s’est traduit par une baisse des droits de 99% en 2002 sur les importations de poulet américain au Mexique, et qu’il devait s’accompagner d’une nouvelle réduction de 49% lors du passage à la nouvelle année, les producteurs mexicains et leurs homologues américains seraient parvenus à un compromis. Les découpes de poulet et notamment les cuisses, que les Etats-Unis exportent en très grande quantité à bas prix, seraient assorties d’ un droit comparable à ce qu’il était en 2001 grâce à une hausse de 99% début 2003. Aux termes de ce nouvel accord, il a également été prévu que, chaque année, les tarifs soient réduits de 20% jusqu’à disparaître complètement dans un délai de cinq ans. En contrepartie, le Mexique s’engagerait à abandonner les taxes pour un montant équivalent sur d’autres types de produits de volailles. Cela pourrait se traduire par la levée des contingents tarifaires sur les poulets entiers ainsi que sur les dindes entières. Extrêmement puissante avec des groupes comme Tyson Foods, l’industrie américaine de la volaille est la première exportatrice dans le monde. C’est avec le Brésil, le premier concurrent de la France.

Le Mexique a doublé ses exportations agricoles avec l’AlenaConclu en 1994, l’Accord de libre-échange nord-américain (Alena) a plus profité à la balance commerciale mexicaine qu’aux Etats-Unis. Les exportations agricoles du Mexique sont en effet passées de 3,4 milliards de dollars en 1994 à 7,7 milliards de dollars en 2001, soit une hausse de 52%. Néanmoins, depuis quelques mois, le secteur agricole exprime de vives inquiétudes face à la libéralisation totale devant intervenir au 1er janvier 2003. Le Mexique a en effet dû faire face à un bouleversement important de son agriculture traditionnelle et à la perte de nombreux emplois dans ce secteur.

Source : Les Échos

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Tyson Foods Inc.

http://www.tysonfoodsinc.com/


Autres articles