L’Ontario récolte son blé

En Ontario, la récolte de céréales d’automne avance à grands pas, tandis que les autres cultures se portent bien malgré un manque de précipitations par endroits. Voici les développements rapportés en date du 11 juillet.
La récolte de blé d’automne est déjà bien avancée dans tout le sud-ouest de la province, même au nord de Toronto. D’après les agronomes du ministère de l’Agriculture (MAAARO), les rendement sont dans la moyenne, entre 5 et 6,4 tm/ha. Les meilleurs champs atteignent 6,7 tm/ha. La qualité est excellente, avec de très bas taux de fusariose.
Les céréales de printemps ont cru très rapidement, mais les températures élevées et le temps sec mettent un frein au potentiel de rendement. La récolte d’orge a débuté.

Maïs
L’agronome du MAAARO Greg Stewart rapporte l’émergence des croix dans une bonne part des champs de maïs-grain. À certains endroits de la province, le stress hydrique est particulièrement fort, notamment dans les sables et les argiles lourdes.
La plupart du maïs se trouvant sur des sols de texture équilibrée voit ses feuilles s’enrouler le jour, mais récupérer pendant la nuit. Ces plants peuvent avoir une bonne émission de pollen et une bonne réceptivité des soies pendant les heures du matin, même s’ils se referment plus tard dans la journée.
Greg Stewart prévient qu’un stress attribuable au temps sec peut provoquer une mauvaise synchronisation entre l’émission de pollen et la réceptivité des soies, ce qui se traduirait par une mauvaise pollinisation. Si le temps sec se poursuit, même les grains pollinisés peuvent avorter.

Soya
La croissance du soya est lente dans les régions qui n’ont pas reçu de pluie, de sorte que les plants sont au stade R2 (pleine floraison). Là où il y a eu suffisamment de pluie, les plants arrivent au stade R3 (début de la formation des gousses).
Selon l’expert Horst Bohner, le soya fleurit sur une longue période de temps, donc les plants qui manquent d’eau actuellement peuvent encore « se rattraper ». Les pertes de rendement significatives n’ont généralement lieu que si le stress hydrique se poursuit jusqu’au stade R4. Le potentiel de rendement du soya est déterminé à partir de la fin juillet et au cours du mois d’août.



Autres articles