Portrait encourageant

Le plus récent bilan de l’Activité bioalimentaire au Québec trace un portrait plutôt encourageant de l’industrie.

Le Québec se démarque par « une croissance solide de ses activités de production et de transformation et par son dynamisme continu sur les marchés d’exportation», nous apprend le document publié par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ).

Ainsi, on apprend que depuis 2007, le PIB bioalimentaire québécois croît à un rythme annuel moyen de 1,3 %, un taux comparable à celui de l’économie québécoise et que plus de la moitié des achats alimentaires au Québec (56 %) proviennent de fournisseurs du Québec.

Les producteurs de grains se souviendront de 2011 comme d’une année faste. De mauvaises récoltes de blé à l’échelle internationale, de mauvais rendements du maïs à l’hectare aux États-Unis en 2010 et l’embargo décrété par la Russie sur ses exportations de blé auront propulsé les prix des grains.

Les prix de référence nord-américains pour le bœuf et le porc ont également atteint des sommets en 2011. Une demande outre-mer record de viandes rouges et l’effet de la réduction de certains cheptels amorcée il y a quelques années expliquent cette situation.

Et pour 2012 ? On prévoit une hausse de 16 % des dépenses en immobilisations par rapport à 2011 (+ 77 M$) pour le secteur de la fabrication des aliments. Bref, les pronostics demeurent positifs. À suivre…

Pour consulter le document complet, cliquer ici.

 

 


Autres articles