27 millions $ pour la recherche sur les maladies du bétail et la sécurité alimentaire

Chicago (Illinois), 24 mai 2002 – AniGenics, Inc., l’une des principales entreprises internationales de génomique animale, a annoncé le démarrage d’un programme de recherche collaborative triennal d’une valeur de 27 millions $CAN (17,5 millions $US) commandité par Génome Canada, ce qui en fait le projet de génomique portant sur les animaux destinés à l’alimentation le plus important depuis que cette jeune industrie a vu le jour.

AniGenics effectuera cette recherche en association avec un consortium de

partenaires comprenant la VIDO (Veterinary Infectious Disease Organization),
l’université de la Saskatchewan (Saskatoon), l’université de la Colombie-
Britannique, l’université Simon Fraser et Inimex Pharmaceuticals, Inc. à
Vancouver. Le programme, qui met l’accent sur la génomique des maladies
infectieuses des bovins et de la volaille, débutera cet été. AniGenics mettra
sur pied une filiale de recherche canadienne à Saskatoon et prévoit embaucher
un nombre important de scientifiques et de personnel technique.

Le projet de recherche intitulé : « Pathogénomique fonctionnelle de l’immunité des muqueuses » vise à cerner les facteurs hôtes qui préviennent l’invasion d’agents pathogènes communs d’animaux destinés à l’alimentation, y compris les microbes qui causent également des intoxications alimentaires chez les humains. Selon le National Institute for Animal Agriculture (Bowling
Green, KY), les maladies respiratoires chez les animaux de boucherie
entraînent, à elles seules, des pertes annuelles de plus de un milliard de

dollars dans les parcs d’engraissement des Etats-Unis, tandis que la bactérie
E-coli est reliée à plus de 70 000 cas d’intoxication alimentaire chez
l’humain chaque année.

« Nous prévoyons que de nouvelles découvertes touchant des gènes critiques
auront une influence sur la production animale, la santé animale, la sécurité
alimentaire et la biosécurité », a souligné Steven M. Niemi, docteur en
médecine vétérinaire, président et chef de la direction d’AniGenics. « Ce
programme asseoit notre prédominance scientifique dans le domaine de la
génomique des animaux domestiques, et nous avons hâte de collaborer avec des
laboratoires de classe internationale tels que VIDO dans le cadre de ce
projet. »

« C’est formidable de pouvoir compter sur un collaborateur comme
AniGenics », a indiqué Lorne Babiuk, directeur de la VIDO et directeur du

programme de recherche. « Leur participation accélérera l’établissement de la
VIDO et du Canada en tant que principaux acteurs dans le domaine de la
génomique animale à l’échelle internationale. »

Génome Canada fut créé il y a deux ans par le gouvernement fédéral
canadien en tant qu’organisation sans but lucratif devant servir de principale
source de financement et d’information liés à la génomique au Canada au profit
des Canadiens et Canadiennes. Dans le cadre de sa création, Génome Canada a
reçu 300 millions $ du gouvernement fédéral afin d’établir cinq centres de
recherche à travers le pays. Pour ce projet précis, Genome Prairie et Genome
BC fourniront jusqu’à concurrence de la moitié des fonds destinés à ce
programme et AniGenics pilotera un consortium en vue de financer l’autre
moitié. En retour, AniGenics aura droit de priorité sur l’accès exclusif à la
propriété intellectuelle résultante liée aux applications animales et
alimentaires.

Randal Johnston, président de Genome Prairie, a mentionné que ce projet
figurait parmi les propositions les mieux cotées au Canada. « Les chercheurs
participant à ce projet sont les meilleurs au monde dans cette discipline, et
nous sommes ravis de travailler avec eux, les partenaires industriels et
Genome BC. Nous nourrissons de grands espoirs pour ce projet, des plus
emballants. »

AniGenics, Inc.

Les travaux d’AniGenics, société affermée à des particuliers, portent sur la génomique axée sur l’amélioration de la santé, la protection et la productivité animales. Le portefeuille de technologies d’AniGenics permettra
aux producteurs d’identifier de manière rentable les animaux reproducteurs
supérieurs, d’où une sécurité et une qualité alimentaires accrues. Les travaux
de découverte d’AniGenics permettront également de repérer des nouvelles
cibles de médicaments pouvant servir au développement d’additifs alimentaires
et de produits vétérinaires plus efficaces et plus sécuritaires. La plus
récente étape de financement menée par AniGenics a été dirigée par Foragen
Technologies Management Inc., de Guelph, en Ontario. Pour obtenir un
complément d’information, prière de visiter le site Web de l’entreprise.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

AniGenics inc.

http://www.anigenics.com

Génome Canada

http://www.genomecanada.ca

Université de la Colombie-Britannique (UBC)

http://www.ubc.ca

Université Simon Fraser

http://www.sfu.ca/

Veterinary Infectious Diseases Organization

http://www.usask.ca/vido/

Commentaires