775 000 $ au Québec pour de la recherche-développement en aquaculture

Ottawa (Ontario), 24 octobre 2002 – Georges Farrah, secrétaire parlementaire du ministre des Pêches et des Océans et député du comté de Bonaventure / Gaspé / Iles-de-la-Madeleine / Pabok, a annoncé , au nom de l’honorable Robert G. Thibault, ministre des Pêches et des Océans, que des projets totalisant plus de 775 000 dollars avaient été approuvés au Québec dans le cadre du Programme coopératif de recherche-développement en aquaculture (PCRDA).

« La recherche continue qui s’effectue dans le cadre du PCRDA
montre clairement l’engagement profond de nos partenaires à
établir une industrie aquacole responsable et durable au Québec »,
a affirmé M. Farrah. « Le gouvernement et l’industrie continueront
d’unir leurs efforts afin d’accroître la compétitivité du Canada
sur le marché aquacole international. »

Des producteurs aquacoles d’un peu partout au Canada ont présenté
des projets dans le cadre du PCRDA. Le ministère des Pêches et des
Océans (MPO) a approuvé cinq nouveaux projets au Québec, pour un
total de 15 dans tout le pays. Les projets approuvés pour le
Québec sont les suivants :

Optimisation de la croissance par l’utilisation de la croissance
compensatoire chez l’omble de fontaine – Ce projet de 129 840 $
consistera à vérifier la présence de croissance compensatoire chez
l’omble de fontaine et à vérifier si cette croissance

compensatoire est liée à un ajustement de la capacité digestive
chez les poissons. (Société de recherche et développement en
aquaculture continentale. (SORDAC), Marinard Aquaculture Ltée)

Amélioration de la digestibilité du phosphore présent dans la
nourriture des salmonidés grâce à l’encapsulation de la phytase
microbienne – Ce projet de 206 650 $ consistera à élaborer des
polymères innovateurs pour le transport d’enzymes alimentaires
chez la truite arc-en-ciel et ainsi réduire l’excrétion de
phosphore. (Société de recherche et développement en aquaculture continentale (SORDAC))

Alimentation adaptée aux stades de croissance constituée
d’aliments riches et pauvres en phosphore afin de réduire la
quantité totale de phosphore rejeté – Ce projet de 211 100 $
consistera à élaborer une stratégie d’alimentation qui réduira la
quantité totale de phosphore rejeté par les salmonidés d’élevage

grâce à une alternance d’aliments pauvres et riches en phosphore
dans leur régime alimentaire. (Société de recherche et
développement en aquaculture continentale (SORDAC))

Evaluation de deux stratégies d’approvisionnement en naissain de
mye commune (Mya arenaria) à des fins conchycoles pour les
secteurs Côte-Nord, Bas Saint-Laurent Gaspésie et Iles de la
Madeleine – Ce projet de 89 350 $ visera de façon particulière à
documenter le cycle de reproduction de la mye dans différentes
régions maritimes du Québec, à évaluer le potentiel de captage des
différents secteurs, à préciser la fenêtre de captage de la mye et
à maîtriser les techniques de production de juvéniles en
écloserie. (Conseil des Innu de Ekaunitshit et Société de
développement de l’industrie maricole inc.)

Détermination de l’origine du naissain utilisé pour l’élevage du
pétoncle géant, Placopecten magellanicus, aux Iles-de-la-Madeleine
à l’aide d’indices génétique et métabolique – Ce projet de 141 000
$ visera à déterminer la provenance du naissain capté en comparant
les caractéristiques du naissain avec celle d’individus provenant
de différents gisements de pétoncles géants. (Imaqua Inc.,
9089-9238 Québec Inc. (Pétoncle 2000))

Le PCRDA est un programme de partenariats entre producteurs
aquacoles et chercheurs du MPO. Il permet de mener des projets de
recherche scientifique proposés par l’industrie et financés
conjointement par des partenaires du secteur aquacole et le
gouvernement fédéral. Le PCRDA dispose d’un budget de 20 millions
de dollars sur cinq ans et fait partie du Programme d’aquaculture
durable de 75 millions de dollars annoncé par le MPO en août 2000.
Tous les projets du PCRDA sont réalisés par des chercheurs du MPO,
en collaboration avec l’industrie. Les projets sont financés grâce
au PCRDA et aux contributions en nature et en argent de
l’industrie. Cette dernière assume en moyenne environ 25 % des
coûts des projets.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Pêches et Océans Canada

http://www.dfo-mpo.gc.ca/

Commentaires