Accord préliminaire sur le virus du sommet touffu de la pomme de terre

Ottawa (Ontario), 30 août 2002 – L’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) a conclu avec le ministère de l’Agriculture des États-Unis (USDA) une entente provisoire qui prévoit que les deux organismes s’emploieront à trouver ensemble une démarche commune pour faire face au virus du sommet touffu de la pomme de terre (PMTV), à la suite d’une réunion de leurs fonctionnaires qui s’est tenue les 26 et 27 août. L’ACIA exerce également des mesures de contrôle additionnelles sur l’importation des pommes de terre des États-Unis afin de réduire le risque de propagation du PMTV au Canada.

Le PMTV est transmis par un champignon terricole communément appelé gale poudreuse (Spongospora subterranea), qui se retrouve dans la plupart des régions productrices de pommes de terre du monde. Les symptômes sont entre autres la décoloration et/ou le rabougrissement de parties du végétal et des taches annulaires nécrotiques sur les tubercules affectés. Le PMTV est considéré comme une maladie végétale justiciable de quarantaine au Canada et aux États-Unis.

Le PMTV ne nuit pas à la salubrité des pommes de terre destinées à la consommation.

Le 30 juillet 2002, l’USDA a avisé l’ACIA de la découverte du PMTV dans une parcelle expérimentale à Presque Isle dans le Maine. L’USDA a mis en place des mesures de quarantaire pour circonscrire l’infection, et un représentant de l’ACIA a accompagné l’équipe du ministère américain qui a visité l’exploitation touchée le 7 août pour faire enquête sur la découverte du virus. Des enquêtes conduites par des fonctionnaires américains à la suite de ce résultat initial permettent de suspecter maintenant la présence du PMTV dans un certain nombre d’exploitations agricoles du Maine.

Des analyses en laboratoire réalisées par l’ACIA ont récemment confirmé la présence du PMTV dans des échantillons de pommes de terre importées de onze États dont la Californie, le Delaware, la Floride, l’Idaho, le Maine, le Maryland, le New Jersey, la Caroline du Nord, l’Oregon, la Virginie, et Washington. L’USDA a été informée de ces résultats, a examiné les méthodes de diagnostic de l’ACIA et accepte les résultats obtenus. L’ACIA retrace les pommes de terre à partir des lots de semence affectés, afin de circonscrire toute infection éventuelle par le PMTV au Canada.

L’ACIA et l’USDA ont maintenant convenus de travailler ensemble à la mise au point d’une approche coopérative de longue durée pour maîtriser et gérer le PMTV. Cette approche prévoit la collaboration aux enquêtes sur le dépistage du PMTV, notamment l’échange d’informations sur les producteurs de pommes de terre de semence suspects; le partage des résultats des tests positifs de PMTV et négatifs associés aux pommes de terre de semence; des réunions régulières pour discuter d’informations techniques et élaborer des approches de la certification fondée sur des principes scientifiques (la prochaine réunion prévue doit avoir lieu dans les dix jours); et l’élaboration d’un protocole conjoint d’échantillonnage et d’analyse du PMTV.

À la lumière des renseignements recueillis lors de la réunion avec l’USDA, l’ACIA a décidé que des mesures de contrôle des importations, fondées sur des principes scientifiques, compléteraient et dans certains cas remplaceraient celles qui ont déjà été annoncées, dans un proche avenir. Ces mesures permettront de réduire davantage le risque d’introduction du PMTV au Canada à partir des États-Unis et le risque d’implantation :

Depuis le 28 août 2002, le Canada exige une déclaration de l’État d’origine de toutes les expéditions de pommes de terre importées des États-Unis. De la sorte, le mouvement des pommes de terre des régions infectées et suspectes aux États-Unis est assujetti aux exigences concernant la certification et aux mesures de confinement. Cette approche permet également une application plus efficace des mesures de suivi et de confinement une fois qu’un ravageur justiciable de quarantaine est suspecté ou décelé.

L’importation de pommes de terre de semence des 11 États où le PMTV a été trouvé (voir plus haut) est interdite au Canada jusqu’à ce qu’un protocole de certification ait été agréé. Les pommes de terre de semence en provenance d’autres États peuvent être importées au Canada s’il est possible de prouver que toutes les étapes de reproduction en plein champ ont eu lieu dans un État jugé indemne de PMTV (ne s’applique qu’aux pommes de terre de plein champ, c’est-à-dire pas aux pommes de terre de serre). On s’assure ainsi qu’elles satisfont à toutes les autres exigences de la certification phytosanitaire.

Il faut de mesures de contrôle rigoureuses pour les pommes de terre de transformation exportées au Canada par les 11 États touchés. Ces mesures comprennent un énoncé de l’origine des pommes de terre, un certificat de la propreté du véhicule, l’imposition du respect par les transformateurs de protocoles sur le confinement, la désinfection, les documents présentés et l’élimination des déchets, afin de prévenir l’introduction et l’implantation du PMTV sur les terres agricoles.

L’importation des pommes de terre de table des 11 États touchés par le PMTV est autorisée au Canada, si elles ont soit été traitées par un inhibiteur de germination ou si elles ont été récoltées depuis moins de 30 jours et emballées dans des conteneurs de 20 livres ou moins. Ces deux mesures s’appliquent en tout temps et permettront de prévenir la plantation de ces pommes de terre au Canada.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA)

http://www.cfia-acia.agr.ca/

United States Department of Agriculture (USDA)

http://www.usda.gov/

Commentaires