Audiences du BAPE : les producteurs de porcs souhaitent un débat serein

Longueuil (Québec), 5 septembre 2002 – Réagissant à l’annonce du gouvernement du mandat de la Commission et de sa formation, la Fédération des producteurs de porcs du Québec exprime le souhait que les consultations publiques soient empreintes de sérénité. « La Fédération croit à la pertinence des consultations, car les pressions sociales et politiques étaient devenues telles que seul un forum d’échange bien encadré permettra à tous les intervenants de se faire entendre et de tracer les voies de l’avenir de la production. Cependant, la Fédération souhaite que les discussions soient rationnelles et se déroulent en fonction d’une problématique réelle et de solutions viables pour l’ensemble de la société québécoise », de déclarer M. Clément Pouliot, président de la Fédération des producteurs de porcs du Québec.

Déjà en juin dernier, les producteurs de porcs avaient salué la décision
gouvernementale de tenir une consultation générique sur la production porcine
québécoise par l’entremise du Bureau d’audiences publiques de l’Environnement,
le BAPE. M. Pouliot poursuit en indiquant que la Commission devra évaluer la
juste mesure de tous les enjeux et offrir une tribune objective axée sur les
faits pour que, ultimement, la production puisse être exercée et développée de
façon harmonieuse tant sur les plans social, environnemental qu’économique.

La Fédération est satisfaite des membres qui formeront la Commission.
Elle souhaite que les expériences et expertises variées et pertinentes des
commissaires contribuent à mettre en lumière la production dans le cadre d’un
large spectre et à cerner tous les éléments qui permettront d’aboutir à des
constats et des recommandations réalistes. Quant au mandat, M. Pouliot estime

que celui-ci est bien vaste, mais soutient tout de même que la production doit
être évaluée sous tous les angles. « Le dossier est complexe. Les multiples
facettes interagissent entre elles. Ne scruter qu’un aspect isolé serait une
erreur. Le dossier doit être analysé dans sa globalité. Il revient à la
Commission de circonscrire l’essentiel. »

M. Pouliot termine en affirmant que l’exercice offrira aux producteurs de
porcs et au monde agricole l’occasion d’effectuer une bonne réflexion et de
faire connaître les faits. Ce sera aussi une conjoncture pour écouter et mieux
saisir les préoccupations de la population et pour expliquer les contraintes
et réalités de l’agriculture moderne. « La Fédération présentera les solutions
qu’elle met déjà de l’avant et, parallèlement, les engagements qu’elle
proposera pour répondre aux inquiétudes et problématiques soulevées ». Le

premier dirigeant de la Fédération des producteurs de porcs convient que ce
sera un exercice difficile et exigeant. « Il y a beaucoup de pain sur la
planche. A ce moment-ci, les producteurs sont optimistes quant à l’issue des
consultations. Souhaitons qu’ils le demeurent, conclut-il ».

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE)

http://www.bape.gouv.qc.ca/

Le Porc du Québec

http://www.leporcduquebec.qc.ca/

Commentaires