Besoin de 400 travailleurs agricoles autour de Montréal

Montréal (Québec), 15 août 2002 – Depuis l’ouverture du centre AGRIJOB créé l’an dernier pour faciliter l’embauche du personnel occasionnel et journalier intéressé à travailler aux récoltes, le recrutement se fait de façon continue et on n’a pas encore fait face à une véritable pénurie. Cependant, avec le retour à l’école des jeunes au cours des prochains jours, les choses pourraient changer. Les pluies abondantes et les nuits froides que l’on a connues ont retardé la période des récoltes d’environ trois semaines et plusieurs producteurs agricoles se demandent maintenant comment ils feront pour vider leurs champs. Si on ne les cueille pas à temps, certains légumes pourriront au sol ou seront déclassés pour l’usage auquel ils étaient destinés.

« On estime à quelque 400 travailleurs les besoins quotidiens des producteurs des régions de St-Hyacinthe, St-Jean/Valleyfield, Lanaudière, Outaouais-Laurentides et Centre-du-Québec pour remplacer les étudiants qui déserteront les champs, » déclare Doris Bardales, coordonnatrice d’AGRIJOB.

Cette année seulement, depuis le mois de février, quelque 5 000 personnes se sont déjà s’inscrites chez AGRIJOB. Plusieurs d’entre elles travaillent ou ont travaillé aux champs. « Toutefois, la disponibilité des personnes peut avoir changé en cours de route et avec les besoins additionnels qui s’annoncent, il est important d’augmenter notre liste de personnes intéressées à travailler aux récoltes » affirme madame Bardales.

Rappelant que le transport chez les producteurs est assuré, la coordonnatrice d’AGRIJOB a souligné qu’au début de la saison, environ 10 autobus partaient quotidiennement de Montréal et de Longueuil vers les fermes de productions légumières alors qu’aujourd’hui, en pleine saison des récoltes, près de 30 autobus sont partis vers les régions avoisinantes pour amener les travailleurs aux champs.

Les tâches confiées aux préposés aux récoltes ne nécessitent pas de compétence particulière sinon une bonne santé et le goût d’être en plein air 8 heures par jour. Les travailleurs sont rémunérés à la fin de chaque journée de travail. Toute personne intéressée à travailler aux champs est invitée à venir s’inscrire chez AGRIJOB au 911, rue Jean-Talon Est, bureau 124.

Commentaires