Bilan des ventes de pesticides au Québec en 1998 et 1999 : La tendance à la baisse se confirme

Québec (Québec), 22 octobre 2002 – Le ministère de l’Environnement annonce la publication du « Bilan des ventes de pesticides : suivi des transactions au Québec pour 1998 et 1999 ». Cette compilation démontre que malgré les fluctuations enregistrées dans les ventes de pesticides au cours des années 1998 et 1999, une tendance générale à la baisse se dégage depuis l’année de référence de 1992.

Globalement, le « Bilan des ventes des pesticides : suivi des transactions

au Québec pour 1998 et 1999 » indique que les quantités vendues ont d’abord
diminué de 4,8 % en 1998 par rapport à 1997. Puis, celles-ci ont augmenté de
5,3 % entre 1998 et 1999. La valeur de 3 220 896 kilogrammes de ventes
totales, enregistrées en 1998, est la plus faible depuis le début de la
compilation de ce bilan. Les ventes totales en 1999 atteignent 3 391 150
kilogrammes d’ingrédients actifs. Ainsi, par rapport aux ventes de l’année de
référence de 1992, les ventes ont diminué de 14,2 % en 1998 et de 9,7 % en
1999.

Les herbicides sont les plus vendus de tous les pesticides avec près de
57,4 % des ventes (1 848 482 kg) en 1998 et 51,3 % (1 740 213 kg) en 1999. On
constate qu’au cours de cette période les ventes d’herbicides ont nettement
régressé (- 13,6 %) en comparaison avec celles de 1997. Toutefois, cette
réduction marquée des ventes d’herbicides n’a pas eu d’effet sur les ventes
totales des pesticides en 1999 en raison de l’augmentation des ventes de

plusieurs autres types de produits, tels que les fongicides et les
insecticides.

Le secteur de la production agricole demeure le plus important
utilisateur de pesticides avec des proportions qui représentent plus de 79 %
des ventes totales soit 2 553 407 kilogrammes en 1998 et 2 682 691 kilogrammes
en 1999. Les quantités vendues en 1998 dans ce secteur sont les plus faibles
obtenues depuis 1992, mais elles ont augmenté en 1999 et se situent à -7,1 %
par rapport au niveau de 1992. L’augmentation substantielle des ventes de
fongicides en milieu agricole constitue un fait marquant de l’année 1999, et
considérant l’évolution des ventes de pesticides dans ce secteur ainsi que des
superficies cultivées intégrées dans l’indice de pression, on constate que le
milieu agricole a connu durant 1998 et 1999 le même niveau de pression
environnementale associée aux pesticides qu’en 1997.

Le volume de ventes de pesticides dans le secteur domestique est le
deuxième en importance. Pour les années couvertes par ce bilan, la part des

ventes totales du secteur domestique se chiffre à 9,8 % en 1998 et à 11,6 % en
1999. Les quantités vendues sont en constante augmentation depuis leur valeur
minimale de 1996 et elles totalisent 317 049 kilogrammes en 1998 et 362 795
kilogrammes en 1999, soit du même ordre de grandeur qu’en 1992. Les
insecticides sont les produits les plus vendus du secteur domestique avec
environ 78 % des ventes; cependant, une forte proportion de cette quantité, de
l’ordre de 60 %, provient des produits antimites. Lorsque l’on retire les
produits antimites des ventes du secteur domestique, les ventes se chiffrent,
en 1998, à 108 470 kilogrammes et à 157 339 kilogrammes en 1999. Les
hydrocarbures et les organochlorés sont les deux groupes chimiques les plus
vendus de ce secteur.

Au total dans le secteur de l’entretien des espaces verts, 137 822
kilogrammes d’ingrédients actifs ont été vendus en 1998 (4,3 % des ventes
totales) et 138 813 kilogrammes en 1999, ce qui représente environ 4 % des
ventes totales. La majorité des produits (~ 74 %) déclarés dans ce secteur est
employée comme herbicide pour éliminer les mauvaises herbes sur les pelouses.
Les ventes d’herbicides ont par ailleurs atteint leur valeur maximale
historique de 102 174 kg en 1999. Quant aux fongicides et aux insecticides,
ils occupent de plus faibles parts de marché, soit en moyenne respectivement
21 % et 5 %. Les ventes totales du secteur de l’entretien des espaces verts,
troisième en importance, progressent par palier depuis 1992. Or, au cours de
1998 ces ventes ont connu une croissance de 35,2 % par rapport à l’année
précédente, pour ensuite atteindre en 1999 à la plus forte valeur enregistrée
depuis 1992.

Le secteur de l’industrie est le quatrième en importance avec des ventes
atteignant 102 075 kilogrammes d’ingrédients actifs en 1998 et 123 061
kilogrammes en 1999. Ces quantités représentent pour ces années une part de
marché variant entre 3 et 4 % des ventes totales. Les quantités totales
vendues sont en croissance par rapport à 1997. Ainsi, les ventes de 1998 ont
augmenté de 20,6 %, puis elles se sont maintenues au cours de 1999. Les
biocides représentent, avec près de 90 % des ventes du secteur, le principal
type d’utilisation de pesticides. Ce type de produit est principalement
utilisé pour enrayer la formation de limons, de boues microbiennes, d’algues
ou de bactéries dans les eaux de procédés ou les liquides circulant dans les
procédés industriels.

Depuis le début des compilations en 1992, la quantité de pesticides
(presque exclusivement des herbicides) vendue en milieu forestier s’est avérée
en constante diminution. Au cours de 1998, les ventes du secteur forestier ont
diminué à 23 118 kilogrammes d’ingrédients actifs, accusant une diminution de
46,6 % (~ 20 000 kg) par comparaison à l’année précédente. De même, en 1999,
la tendance à la réduction des ventes s’est maintenue avec une nouvelle baisse
d’environ 16 000 kg par rapport à 1998, soit 69,4 %, ramenant alors les ventes
à la plus faible valeur enregistrée (7 064 kg) dans le secteur forestier.
L’état des ventes en 1999 ne constitue plus que 7,3 % des ventes maximales
historiques enregistrées en 1992.

Les ventes de matières actives dans le secteur de l’extermination ont
atteint, en 1998, les 45 800 kilogrammes, soit 1,4 % des ventes totales
déclarées pour cette année. En 1999, les ventes ont totalisé 33 463 kg et
accusent donc une diminution de 27 % par rapport à 1998. Les insecticides
occupent la principale partie (~ 65 %) des ventes du secteur suivis des
stérilisants de sol avec une proportion de 30 à 35 %. Les insecticides et les
rodenticides (produits utilisés pour enrayer les rongeurs) affichent en 1999
les plus faibles ventes déclarées dans le secteur depuis 1992.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère de l’Environnement du Québec

http://www.menv.gouv.qc.ca

Commentaires