Bilan positif de l’entente spécifique sur la protection et la mise en valeur de la forêt bas-laurentienne

Rimouski (Québec), 23 mai 2002 – Le ministre des Ressources naturelles du
Québec, monsieur François Gendron, et la secrétaire d’Etat à la Recherche, à
la Science et à la Technologie et déléguée régionale de la région du Bas-Saint-
Laurent, madame Solange Charest, ont accueilli favorablement le bilan de la
première année de mise en oeuvre de l’Entente spécifique sur la protection et

la mise en valeur de la forêt bas-laurentienne.

Au cours de l’année 2001-2002, l’entente a généré des investissements supplémentaires de près de 10 millions de dollars, pour le développement des connaissances forestières, pour le développement de la deuxième et troisième transformation et pour le renforcement des travaux d’aménagement et de gestion intégrée des ressources forestières. Ces investissements supplémentaires
cherchent à contrer, à court, moyen et long terme, les effets des réductions
de possibilité forestière annoncées en 2000, dans la foulée de l’épidémie de
tordeuse qui avait sévi au cours des deux décennies précédentes.

« L’entente spécifique a démontré, dès sa première année, sa capacité de
soutenir et de renforcer, à plus long terme, le secteur forestier du Bas-Saint-

Laurent. Les investissements dans les travaux d’aménagement permettent de
soutenir l’emploi dans la région, tandis que les efforts de recherche et
développement susciteront de nouvelles opportunités qui viendront renforcer à
plus long terme la vitalité du secteur et donc, de l’économie bas-
laurentienne », a déclaré Mme Charest.

« Les initiatives développées dans le cadre de l’entente spécifique
s’inscrivent en continuité des objectifs de développement durable et de
gestion multi-ressources de la forêt, auxquels le gouvernement du Québec
oeuvre depuis plusieurs années. En permettant de travailler dans cette
direction avec une intensité et une inventivité accrues, l’entente permettra
le développement, dans le Bas-Saint-Laurent, d’une foresterie d’autant mieux
adaptée aux défis du 21e siècle », a souligné le ministre Gendron.

Mise en oeuvre en mai 2001, l’Entente compte sur la participation du
ministère des Ressources naturelles, du ministère des Régions, du ministère de
l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation et de la Société de la Faune
et des Parcs du Québec, en partenariat avec le Conseil régional de
concertation et de développement du Bas-Saint-Laurent.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère des Ressources Naturelles du Québec

http://www.mrn.gouv.qc.ca/

Ministre de la Recherche, de la Science et de la Technologie

http://www.mrst.gouv.qc.ca

Commentaires