Chronique Experts fourragers: Ma chère protéine !

experts_fourragers_Benoit Fradin*Le prix des suppléments protéiques est en augmentation et plusieurs d’entre vous cherchez avec raison à réduire les couts d’alimentation… Or, la 1ère coupe de foin de luzerne peut représenter* 700 kg/ha de Protéine Brut (PB) soit une valeur de 875 $/ha (équivalent tourteau soya). Inutile de vous convaincre de tout faire pour préserver du champ jusqu’à l’étable, cette (si chère) protéine ! Voici quelques éléments importants :

La teneur en protéine diminue avec l’avancement à maturité (- 0,5% par jour) :

Les feuilles de luzerne contiennent 25 à 28 % en protéine alors que les tiges n’en contiennent que 11 à 14 % Comme le ratio feuilles / tiges diminue avec l’allongement des entre nœuds, la teneur en protéine diminue avec… La date de coupe, la précocité des espèces et des variétés fourragères sont donc des facteurs déterminants la concentration en protéine.

Des variétés avec plus de feuilles :

Les variétés à caractère « multi foliés» présentent des feuilles à 4, 5, 6 voir 7 folioles (photo). La présence de feuilles sur toute la hauteur de la tige est aussi à rechercher.

 

luzerne multifoliée Source: Benoît Fradin

luzerne multifoliée
Source: Benoît Fradin

 

De l’azote atmosphérique mise à votre disposition gratuitement !

La bactérie symbiotique Rhizobium Meliloti, lorsqu’elle est proprement inoculée sur les racines de luzerne, peut lui fournir la majeure partie de ses besoins. Mais il faut lui procurer des conditions de travail favorables : température et aération du sol, pH (pensez chaulage), magnésium… Au printemps, un apport d’azote complémentaire est recommandé pour pallier aux conditions froides et humides. D’autres aspects de la fertilisation sont aussi à raisonner, notamment les besoins en soufre.

Comment conserver le maximum de protéine de vos fourrages ?

En foin sec, l’enjeu principal est de minimiser les pertes mécaniques durant la phase de récolte : andains larges bien exposés au soleil et au vent. Conditionnement à régime lent mois agressif. Faner  si nécessaire, de préférence le matin lorsque le feuillage n’est pas trop sec. Vitesse lente de rotation du râteau.

En ensilage, on vise à diminuer les pertes durant la phase de conservation : il faut pour cela de bonnes conditions de séchage et ensiler le rapidement possible. Favoriser un abaissement rapide du pH et une bonne anaérobiose (finesse de hachage, compaction). Respecter les teneurs en humidité recommandées selon le type d’entreposage. Utiliser des préservatifs et au besoin, inoculer ou acidifier.

 

En souhaitant que le beau temps soit de mise ces prochains jours, nous vous souhaitons une excellente 1ère coupe, riche en protéine !

*******************************************

*Estimé pour un rendement de 3,5 T/ha à 20% de protéine brut.

Source : Beth Wheeler – Spécialiste de la nutrition des bovins laitiers/MAAARO

“Alfalfa management guide” American Society of Agronomy

« Réussir ses récolte de luzerne » Gilles Crocq, Arvalis-Institut du Végétal

Texte réalisé par Benoit Fradin, responsable technique céréales et plantes fourragères pour William Houde, en collaboration du Conseil québécois des plantes fourragères.

à propos de l'auteur

La référence en nouvelles technologies agricoles au Québec.

Le Bulletin des agriculteurs

Fondé en 1918, Le Bulletin des agriculteurs traite des tendances, des innovations et des dernières avancées en matière de cultures, d’élevages et de machinisme agricole dans le but de faire prospérer les entreprises agricoles d’ici.  

Commentaires