Consultation publique sur le développement durable de la production porcine au Québec

Québec (Québec), 5 septembre 2002 – Le président du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE), M. André Harvey, a annoncé en conférence de presse, en présence du ministre d’Etat aux Affaires municipales et à la Métropole, à l’Environnement et à l’Eau, M. André Boisclair, la composition de la commission chargée de mener une consultation publique sur le développement durable de la production porcine au Québec. Ce mandat a été confié au BAPE et M. Harvey a nommé à la présidence de cette commission Mme

Louise Boucher et comme commissaires, MM. André Beauchamp, Mario Dumais et
Alfred Marquis.

Pour le président, la formation, les connaissances, l’expérience et les
qualités personnelles de ces quatre personnes lui sont apparues garantes d’une
démarche soucieuse de la variété des intérêts que comporte le développement
durable de la production porcine. « La production porcine occupe une place
importante dans notre société. Ses caractéristiques en font un objet d’analyse
de taille qui commande une approche réfléchie et respectueuse de tous les
éléments de ses multiples facettes. C’est dans une perspective de
développement durable, en considérant les aspects biophysiques, sociaux,
économiques et culturels, que le BAPE réalisera le mandat confié par le
ministre » a souligné le président.

Ce mandat doit débuter le 15 septembre 2002 pour se terminer le

15 septembre 2003, date à laquelle la commission devra remettre son rapport.

Les membres de la commission

Mme Louise Boucher, membre à plein temps du Bureau, assumera la
présidence de cette commission. Mme Boucher détient un baccalauréat en
administration des affaires, option économique, de l’Ecole des hautes études
commerciales. Elle a occupé plusieurs postes au sein de la fonction publique
québécoise, notamment au Secrétariat du Conseil du Trésor, au ministère des
Forêts, au ministère des Ressources naturelles ainsi qu’au Conseil exécutif,
avant d’être nommée au BAPE en 1999. Depuis sa nomination au Bureau, elle a
oeuvré sur sept commissions en assumant la présidence des six dernières.

M. André Beauchamp dispose d’une longue expérience en matière de
consultations publiques. Théologien et spécialiste en environnement depuis

plus de 20 ans, il a assumé successivement les responsabilités de secrétaire,
de directeur régional adjoint, de directeur de cabinet et de conseiller
spécial auprès du ministre au ministère de l’Environnement de 1978 à 1983. Par
la suite, M. Beauchamp a présidé le Conseil consultatif de l’environnement et
a été président du BAPE durant quatre ans, de 1983 à 1987. Spécialiste dans
les processus de consultation publique, il a développé une solide expertise en
matière d’éthique de l’environnement et d’intégration des valeurs. Enfin, il a
été président de la commission sur la gestion de l’eau au Québec.

M. Mario Dumais détient une maîtrise en économique de l’Université de
Montréal. Après avoir enseigné l’économie à l’Université du Québec à Montréal
et à l’Université de Sherbrooke, il a travaillé pour l’Union des producteurs
agricoles de 1978 à 1986 à titre d’économiste et de directeur de deux
publications. Il a ensuite été directeur général de la Coopérative fédérée de
1986 à 1998 et directeur du suivi du Sommet de l’agroalimentaire au ministère
de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation. En 1999, il a agi comme
conseiller spécial sur le dossier du commerce international d’Agriculture
Canada. Finalement, de 1999 jusqu’à tout récemment, il a occupé le poste de
directeur de l’Institut interaméricain de coopération pour l’agriculture.

M. Alfred Marquis, qui possède une maîtrise en génie rural, est
professeur titulaire à la Faculté des sciences de l’agriculture et de
l’alimentation de l’Université Laval. Il a été directeur du Département de
génie rural et doyen de la faculté de 1991 à 1995. Avant de joindre le monde
de l’enseignement, M. Marquis a oeuvré au sein du Groupe-conseil Roche ltée
tant au Québec qu’à l’échelle internationale. Il représente l’Université Laval
au sein du Comité scientifique de l’Institut de recherche et de développement en agroenvironnement. Il était, jusqu’à aujourd’hui, membre du groupe de
travail « transferts technologiques » du plan agroenvironnemental de la
production porcine de la Fédération des producteurs de porcs du Québec.
Finalement, il a été membre du comité-conseil du projet d’indicateurs
agroenvironnementaux d’agriculture et agroalimentaire Canada de 1997 à 2000.

Les responsabilités de la commission

Lorsqu’une commission est établie, elle devient autonome dans
l’organisation et dans la conduite du mandat qui lui est confié. Elle peut
donc s’adjoindre les experts ainsi que les spécialistes requis afin d’assurer
une analyse complète du sujet à l’étude. M. Harvey a d’ailleurs précisé qu’il
était primordial que la commission soit exempte de biais, qu’elle soit apte à
bien comprendre et à analyser justement l’ensemble des éléments et qu’elle
assure à chaque intervenant une écoute appropriée. Tout au long de la
consultation publique, celle-ci sera appuyée par une équipe d’analystes, par
des conseillers en communication et par du personnel technique.

La commission fera connaître dans les prochaines semaines les modalités
de sa démarche, sa façon de procéder ainsi que le calendrier de ses travaux.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE)

http://www.bape.gouv.qc.ca/

Ministère de l’Environnement du Québec

http://www.menv.gouv.qc.ca

Commentaires