Contrôle des élevages renforcé à Hong Kong après la mort d’un oiseau

Hong Kong (Chine), 20 janvier 2006 – Les autorités locales de Hong Kong ont renforcé les contrôles effectués dans les élevages de volailles, marchés aux oiseaux et autres zones sensibles, après la découverte d’un oiseau mort de la grippe aviaire.

L’alerte, la première en plus d’un an dans l’ancienne colonie britannique où 6 personnes étaient mortes de la grippe aviaire en 1997, survient alors que la maladie a progressé vers l’ouest et a fait ce mois-ci ses premières victimes aux portes de l’Europe en Turquie.

Le secrétaire à la Santé York Chow a déclaré que l’on cherchait en particulier à vérifier s’il y avait d’autres oiseaux morts autour du village proche de la frontière chinoise, où l’oiseau, une espèce commune du sud de la Chine, a été retrouvé.

« Ce qui nous préoccupe le plus plus est de savoir si d’autres oiseaux ont également été infectés », a-t-il dit.

Une équipe d’inspecteurs patrouillait vendredi dans le village de Tai Po dans la zone rurale des Nouveaux Territoires.

Des contrôles étaient également effectués dans les nombreuses collines couvertes de forêt tropicale entourant le village, ainsi que dans les élevages et le marché aux oiseaux de Hong Kong où sont vendus des shama dayal, espèce proche de la pie à laquelle appartient l’oiseau retrouvé mort.

« Nous voulons rappeler aux commerçants qu’ils doivent prêter plus d’attention à l’hygiène et éviter des contacts directs avec les oiseaux », a dit un porte-parole du département de l’Agriculture.

Les autorités se voulaient néanmoins rassurantes quant au risque encouru pour les populations.

« Il n’y a aucune raison de s’inquiéter », avait assuré jeudi Thomas Sit, directeur adjoint du secrétariat à l’Agriculture, la Pêche et la Conservation de la faune, précisant qu’aucune « anormalité » n’avait été notée dans le taux de mortalité des volailles.

Mais la découverte marque le retour de la maladie dans le territoire, après plus d’un an d’absence. Un héron avait été retrouvé mort en janvier 2005, trois autres oiseaux en 2004, deux en 2003 et trois en 2002.

Elle intervient de plus durant la période la plus propice à la grippe aviaire: l’hiver et les festivités du Nouvel An chinois, traditionnellement associées à une grande consommation de volailles et d’importants mouvements de population.

L’ancienne colonie n’a connu aucun cas humain lors de la vague actuelle de grippe aviaire mais le petit territoire est enclavé dans l’immense Chine où six morts ont été confirmées, sur un total d’environ 80 dans le monde depuis la fin de 2003.

C’est de plus à Hong Kong que le virus avait pour la première fois muté en une forme mortelle pour l’homme en 1997. Deux millions de volailles avaient été abattues, ce qui avait permis d’éradiquer la maladie et d’empêcher sa propagation dans la région et dans le monde.

Source : AFP

Commentaires