Création d’un pôle de recherche sur les changements climatiques

Montréal (Québec), 16 mai 2002 – Le ministre d’État aux Affaires municipales et à la Métropole, à l’Environnement et à l’Eau, M. André Boisclair et le ministre de la Sécurité publique, M. Normand Jutras ont procédé au lancement d’Ouranos, un Consortium en climatologie et en adaptation aux changements climatiques. Ce centre de recherche d’envergure internationale sera le seul du genre sur notre continent. En effet, Ouranos se distingue de tous les autres par l’ensemble des disciplines des chercheurs qu’il regroupe en une seule et même équipe.

Ouranos a pour mission de développer, de structurer et de faire travailler en synergie un groupe de scientifiques dédié à l’analyse et à la recherche des enjeux et à l’adaptation aux changements climatiques à l’échelle de l’Amérique du Nord. Outre les efforts de réduction des émissions de gaz à
effet de serre préconisés par le gouvernement du Québec, la création
d’Ouranos s’inscrit comme un moyen supplémentaire de lutte contre les
changements climatiques et un instrument d’adaptation aux nouvelles
situations régionales, attribuables au réchauffement planétaire.

Partenariat unique en son genre et grande première au Canada, Ouranos
regroupera plus de 250 personnes en équipes multidisciplinaires autant des
chercheurs universitaires que des chercheurs institutionnels
gouvernementaux et para-gouvernementaux et d’appartenance à des communautés
scientifiques jusqu’à présent séparées : sciences du climat, analyse

statistique, caractérisation, études d’impact et adaptation. La mixité
préconisée dans le contexte d’Ouranos permettra de décloisonner les équipes
de scientifiques isolées, de réunir et d’intégrer les connaissances
diverses qui constituent le savoir dont les décideurs ont besoin pour
planifier leurs réactions face à toute évolution rapide de la trajectoire
climatique.

Le déploiement d’Ouranos a été possible grâce à la contribution financière
de neuf ministères et organismes québécois : Environnement, Affaires
municipales et Métropole, Ressources naturelles, Sécurité publique,
Recherche, Science et Technologie, Agriculture, Pêcheries et Alimentation,
Transports, Hydro-Québec, Valorisation-Recherche Québec ainsi que du
Service météorologie canadien, de Ressources naturelles Canada et de la
Fondation canadienne des sciences de l’atmosphère et du climat.

L’effort de mise en commun des ressources humaines, financières, techniques
et informatiques consenti sur une base récurrente est évalué à plus de 9
millions de dollars par année et a reçu l’appui de quatre universités :
l’Université du Québec à Montréal, l’Université Mc Gill, l’Université Laval
et l’Institut national de la recherche scientifique, tous membres du
Consortium Ouranos.

« Le Consortium Ouranos permettra de coordonner et d’appuyer un travail
de recherche essentiel. Cette recherche sur les changements climatiques
constituent un atout pour une véritable culture de sécurité civile et une
solide politique de prévention. C’est un besoin qui correspond à l’un des
volets de la mission du gouvernement du Québec, soit la sécurité et la
protection de la population. Nous devons mieux comprendre ce phénomène pour
mieux planifier, mieux nous préparer ainsi mieux nous protéger », a précisé
le ministre de la Sécurité publique, Normand Jutras.

« La vulnérabilité du Québec associée à sa situation géo-climatique
justifie largement les efforts et les investissements structurants
consentis à la mise sur pied d’Ouranos »,de déclarer le ministre Boisclair.
Ce dernier a également fait remarquer que le Consortium Ouranos permettra
l’essor de deux noyaux d’expertise uniques et reconnus par la communauté
climatologique internationale : la variabilité naturelle à l’Université Mc
Gill et la modélisation régionale à l’Université du Québec à Montréal.
« Ces deux derniers domaines comptent parmi les plus grands succès de nos
scientifiques à travers le monde. Il est fort à parier que les liens
qu’entretiendront ces éminents chercheurs avec Ouranos feront grandir cette
reconnaissance » de conclure le ministre Boisclair.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Hydro-Québec

http://www.hydro.qc.ca/

Institut national de la recherche scientifique (INRS)

http://www.inrs.uquebec.ca/

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)

http://www.agr.gouv.qc.ca/

Ministère de l’Environnement du Québec

http://www.menv.gouv.qc.ca

Ministère des Affaires municipales et de la Métropole

http://www.mam.gouv.qc.ca/

Ministère des Ressources Naturelles du Québec

http://www.mrn.gouv.qc.ca/

Ministre de la Recherche, de la Science et de la Technologie

http://www.mrst.gouv.qc.ca

Ressources naturelles Canada

http://www.rncan.gc.ca/

Université du Québec à Montréal (UQAM)

http://www.uqam.ca/

Université Laval

http://www.ulaval.ca/

Université McGill

http://www.mcgill.ca/

Valorisation-Recherche Québec

http://www.vrq.qc.ca

Commentaires