Croissance annuelle moyenne de 4,6 % des livraisons bioalimentaires

Québec (Québec), 31 janvier 2003 – De 1998 à 2001, les livraisons bioalimentaires au Québec ont connu une croissance annuelle moyenne de 4,6 % et ont pu ainsi répondre aux besoins des consommateurs en assurant un approvisionnement constant aux magasins d’alimentation qui vendent au détail.
L’industrie bioalimentaire a également répondu à la hausse de la demande
constatée dans le secteur de la restauration et à celle, très prononcée, en
provenance des marchés extérieurs.

C’est notamment ce que révèle « Le profil sectoriel de l’industrie
bioalimentaire 2001 » réalisé conjointement par le ministère de l’Agriculture,
des Pêcheries et de l’Alimentation et l’Institut de la statistique du Québec.
Cette publication annuelle met en évidence, grâce à des données statistiques,
la performance de cette industrie qui fournit plus de 12 % des emplois au
Québec et qui contribue pour près de 7 % au PIB de la province.

Les exportations

Le secteur des exportations bioalimentaires s’est particulièrement
démarqué. De 1998 à 2001, leur croissance a été importante puisqu’elles ont
augmenté de 28 % pour atteindre 3,3 milliards de dollars. Plus encore, les
exportations bioalimentaires du Québec ont affiché une croissance de 14,3 %
pour la seule année 2001, contrairement à l’ensemble des exportations
québécoises et canadiennes, qui ont subi des baisses respectives de 4,5 % et
de 2,4 %,

C’est aux Etats-Unis qu’est expédiée la grande majorité des produits
bioalimentaires du Québec, soit 74,3 %. Les deux autres partenaires
commerciaux les plus importants sont le Japon ainsi que l’Union européenne où
sont acheminés respectivement 6,6 % et 5,6 % des exportations québécoises.

Parmi les aliments produits et transformés les plus demandés à l’étranger
pour la période de 1998 à 2001, on trouve la viande ovine (+230 %), la viande
bovine (+94 %), les petits fruits transformés (85 %), la viande de porc (+76
%), le miel (+65 %), les légumes transformés (+54 %), les oeufs de
consommation (+49 %), les légumes frais (+48 %), ainsi que la volaille
(+46 %).

La restauration

Bien que peu de fluctuations aient été observées en ce qui a trait à la
vente au détail dans les magasins d’alimentation, on note une croissance
moyenne de la demande de près de 4 % annuellement dans la restauration pour la

période s’échelonnant de 1999 à 2001. La reprise dans ce secteur, qui avait
connu un recul de plus de 6 % de 1998 à 1999, est d’autant plus intéressante
que la restauration fournit des débouchés pour certains produits locaux encore
trop peu présents dans la consommation à domicile.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)

http://www.agr.gouv.qc.ca/

Commentaires