CropLife Canada réserve un accueil favorable aux recommandations sur les OGM

Toronto (Ontario), 6 juin 2002 – CropLife Canada accueille favorablement les recommandations présentées par le Comité permanent de l’agriculture et de l’agroalimentaire de la Chambre des communes.

« A notre avis, les recommandations du Comité sur les aliments génétiquement modifiés permettront aux consommateurs d’accéder à une
information pertinente. Elles soutiendront également les activités des
planteurs et des agriculteurs qui recourent à ces technologies au Canada », a

déclaré Denise Dewar, directrice administrative, biotechnologie végétale,
CropLife Canada.

« L’industrie de la biotechnologie végétale se consacre à l’élaboration de
programmes d’intendance qui visent la gestion responsable de nos produits et
la participation à des débats sur les normes d’étiquetage. Les recommandations
du Comité s’harmonisent avec ces activités. »

Voici les quatre recommandations principales soumises par le Comité
permanent de l’agriculture et de l’agro-alimentaire :

  • l’instauration, par le gouvernement, d’une norme régissant l’étiquetage volontaire des aliments dérivés de la biotechnologie. Cette norme doit restreindre la définition des aliments génétiquement modifiés, conformément au projet de norme élaboré par l’Office des normes générales du Canada;

  • l’intensification, par le gouvernement, de la recherche sur les avantages et les risques liés aux produits agricoles dérivés de la biotechnologie pour la santé humaine et l’environnement, ainsi que le lancement d’un programme d’information publique;

  • l’évaluation, par le gouvernement, en particulier à l’intention des agriculteurs et des consommateurs, des coûts additionnels liés à l’instauration de systèmes de ségrégation et de dépistage, nécessaires à l’étiquetage des aliments génétiquement modifiés, ainsi que la communication de renseignements pertinents au Comité et à la Chambre des communes;

  • l’évaluation, par le gouvernement, des implications commerciales de l’étiquetage obligatoire des aliments génétiquement modifiés en comparaison avec l’étiquetage volontaire, ainsi que la communication des résultats de cette évaluation au Comité et à la Chambre des communes.
  • « Le Comité reconnaît les avantages sanitaires, économiques et
    environnementaux que présentent les cultures biotechnologiques pour les
    agriculteurs et les consommateurs. Il admet également que le système de

    réglementation doit équilibrer l’ensemble de ces avantages », a ajouté Mme
    Dewar. « La mise en oeuvre d’un système d’étiquetage volontaire permettrait aux
    consommateurs de choisir leurs aliments, tout en préservant la capacité des
    agriculteurs de commercialiser leurs récoltes à la grandeur du Canada et dans
    le monde entier. »

    Santé Canada et l’Agence canadienne d’inspection des aliments assurent
    l’examen, la réglementation et l’autorisation des cultures biotechnologiques.
    Santé Canada exige l’étiquetage des aliments en raison des aspects liés à leur
    salubrité, notamment leur allergénicité; l’ACIA protège les consommateurs
    contre les déclarations inexactes et la fraude inhérentes à l’étiquetage, à
    l’emballage et à la publicité des aliments.

    Fondée en 1952, CropLife Canada (anciennement l’Institut pour la
    protection des cultures) représente les fabricants, les concepteurs et les
    distributeurs de solutions phytoscientifiques (pesticides et semences
    génétiquement modifiées) pour l’agriculture, la foresterie et la lutte
    antiparasitaire au Canada.

    Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

    Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA)

    http://www.cfia-acia.agr.ca/

    Institut pour la protection des cultures (Crop Protection Institute)

    http://www.cropro.org

    Santé Canada

    http://www.hc-sc.gc.ca

    Commentaires