De bonnes perspectives d’emploi en agroalimentaire

Montréal (Québec), 21 janvier 2003 – Le groupe de recherche Ma Carrière a dressé son bilan fort attendu des perspectives 2003 du marché du travail et de la formation au Québec, lors du lancement du document « Les carrières d’avenir 2003 » publié aux Editions Jobboom. La conférence de presse s’est tenue à l’Ecole des métiers du meuble de Montréal, en présence de
monsieur Sylvain Simard, ministre d’Etat à l’Education et à l’Emploi du

Québec, et de messieurs André Caron, président de la Fédération des
commissions scolaires du Québec, Gaetan Boucher, président-directeur général
de la Fédération des cégeps, Marcellin Noel, président du comité exécutif de
la Commission scolaire de Montréal et François Cartier, vice-président et
éditeur des Editions Jobboom et du Groupe de recherche Ma Carrière.

Cette édition des « Carrières d’avenir 2003 », fruit de la participation du
GOUVERNEMENT DU QUEBEC, de la FEDERATION DES COMMISSIONS SCOLAIRES DU QUEBEC
et de la FEDERATION DES CEGEPS, présente une sélection de formations
« gagnantes » issues des trois niveaux de formation scolaire ainsi qu’un bilan
des perspectives d’emploi dans 37 secteurs d’activité et 17 régions
administratives du Québec. Le document témoigne de l’effervescence nouvelle

qui a caractérisé le marché du travail en 2002 et qui se poursuivra
vraisemblablement en 2003.

Plus de formations gagnantes

En augmentation de 70 % par rapport à sa première édition il y a six ans,
la sélection des formations gagnantes compte aujourd’hui 170 programmes
d’études offrant d’excellentes perspectives d’emploi aux diplômés des trois
niveaux d’enseignement. A souligner, les programmes menant à l’obtention d’un
diplôme d’études professionnelles (DEP), bien que souvent sujets de préjugés
et négligés par la relève, sont toujours au rendez-vous de cette sélection
dans un ratio équivalent aux années précédentes.

Des besoins qui se précisent

Les besoins de main-d’oeuvre dans le secteur de la santé sont pressants.
Une trentaine de formations liées à ce domaine se classent maintenant dans

notre sélection. Parmi les nouveautés de cette année, on trouve les programmes
de Technologie de médecine nucléaire, Techniques de réadaptation physique et
Techniques d’électrophysiologie médicale. Aussi, plusieurs formations liées à
la construction, à la mécanique, à l’agroalimentaire, à l’enseignement, à
l’usinage, à la géomatique, à l’ingénierie, au tourisme et aux services
sociaux demeurent des gages de réussite sur le marché du travail. De plus,
malgré une certaine instabilité depuis le 11 septembre 2001, le secteur de
l’aérospatiale compte toujours des programmes offrant d’excellentes
perspectives d’avenir.

Selon la compilation des données projectionnistes réalisée par Jobboom,
tout indique que 2003 sera l’une des années les plus performantes de la
dernière décennie en matière d’emploi. L’embellie économique dont jouit la
province devrait se maintenir au cours des prochaines années. D’ici la fin
2005, le taux de chômage provincial pourrait reculer sous la barre des 8 %, ce
qui marquerait un record depuis 30 ans.

Les jeunes font leur place

Le Centre-du-Québec se démarque en ce qui a trait à l’emploi chez les
jeunes. Cette région a fait beaucoup pour les moins de 30 ans au cours des
dernières années. Leur taux de chômage y a chuté de 11,6 % au deuxième
trimestre de 2001 à 6,8 % au deuxième trimestre de 2002. Une situation que
l’on peut qualifier d’enviable si l’on compare les taux qui prévalaient à la
même période en Montérégie (10,9 %), en Mauricie (17,9 %) et sur la Côte-
Nord/Nord-du-Québec (15,1 %), par exemple.

Les occasions d’emploi pour les jeunes titulaires d’un diplôme
s’annoncent toutefois nombreuses dans toutes les régions du Québec, où un
nombre important de prises de retraite se préparent. En effet, 57 % de la
demande de main-d’oeuvre sera attribuable aux besoins de remplacement d’ici
2005.

Le vent tourne-t-il pour la formation professionnelle ?

Les perspectives d’emploi alléchantes offertes actuellement aux diplômés
de la formation professionnelle s’accompagnent d’une série de mesures pour
inciter la relève à emprunter cette voie de formation, souvent le sujet de
préjugés tenaces. Bien qu’encore inégaux, l’enquête publiée dans « Les
carrières d’avenir 2003 » révèle que les effets positifs de ces efforts de
valorisation commencent à se faire sentir un peu partout au Québec.

La région de la capitale-nationale : nouvelle locomotive de l’emploi

Constat surprenant dans l’aspect régional : la région de la Capitale-
Nationale traverse une période d’effervescence remarquable. En décembre
dernier, cette région affichait un taux de chômage de 5,7 %, chevauchant de
près Chaudière-Appalaches (5,6 %), championne en matière d’emploi depuis
quelques années. Depuis 1999, la Capitale-Nationale connaît d’ailleurs une
croissance de l’emploi trois fois plus forte qu’à Montréal! De plus, au
troisième trimestre de 2002, les jeunes travailleurs y trouvaient plus
facilement un emploi qu’ailleurs dans la province (5,9 % de chômage).

Des dossiers révélateurs

Des grands dossiers apportent un éclairage particulier sur certains
thèmes : quels seront les effets du déclin démographique sur l’emploi? Les
travailleurs peuvent-ils espérer obtenir des promotions plus rapidement et
gagner de meilleurs salaires? Comment le Québec a-t-il réussi à éviter la
récession en 2002? Existe-t-il des formations qui ne mènent nulle part? Sur
quels critères baser son choix de carrière et comment savoir si l’on fait
fausse route?

Ce n’est qu’un aperçu

« Les carrières d’avenir 2003 » découle d’une importante enquête menée sur
le terrain auprès de plus de 600 intervenants, principalement entre septembre
et décembre 2002. L’ouvrage de 400 pages regroupe les statistiques les plus
récentes, les analyses et l’information essentielles à la compréhension du
marché du travail québécois. Les témoignages de plusieurs centaines de
spécialistes des milieux industriel, professionnel et scolaire viennent
étoffer cette recherche d’envergure, de même qu’une série de coordonnées et de
ressources indispensables.

Commentaires