Déménagement de l’abattoir Viandes du Breton : le ministre Arseneau étonné de la décision

Québec (Québec), 30 août 2002 – « Je suis étonné de la décision des dirigeants de Viandes du Breton car jusqu’à mercredi dernier encore, les discussions entre leurs représentants et ceux du gouvernement du Québec se poursuivaient sur la base de la reconstruction de l’abattoir à Notre-Dame-du-Lac. Rien ne laissait présager une annonce comme celle d’hier. Tout en me réjouissant que l’entreprise ait fait le choix du Québec et du Bas-Saint-Laurent, je ne peux que déplorer le fait que la communauté de Notre-Dame-du-Lac soit désormais privée de son principal employeur », a déclaré le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, M. Maxime Arseneau, à la suite de l’annonce de la reconstruction de l’entreprise Viandes du Breton à Rivière-du-Loup.

Le jour même de l’incendie qui a ravagé l’abattoir des Viandes du Breton à Notre-Dame-du-Lac au mois de mai dernier, non seulement le gouvernement du Québec est-il intervenu pour assurer une période de transition la plus harmonieuse possible aux employés touchés par la disparition de leur emploi, mais il a aussitôt mis en place les mécanismes nécessaires pour accompagner les dirigeants de l’entreprise en vue d’une reconstruction de cette dernière le plus rapidement possible à Notre-Dame-du-Lac.

Rappelons que dès le 9 juillet dernier, le gouvernement du Québec avait fait parvenir une proposition d’affaires à l’entreprise qui incluait notamment une intervention d’Investissement Québec. Par la suite, le gouvernement acceptait aussi d’adapter les crédits d’impôts disponibles en fonction de la situation particulière de l’entreprise. Seule la problématique du traitement des eaux usées faisait toujours l’objet de discussions lors d’une rencontre technique tenue mercredi dernier et l’entreprise avait alors été avisée que la réponse gouvernementale à sa dernière proposition serait connue dans les jours qui viennent.

Le choix de procéder à la reconstruction de l’abattoir à Rivière-du-Loup est donc une décision d’entreprise et le gouvernement ne peut qu’en prendre acte tout en étant toujours disposé à rencontrer les dirigeants afin de régler le dossier.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Groupe Breton

http://www.dubreton.com/

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)

http://www.agr.gouv.qc.ca/

Commentaires