Départ de Lucien Bouchard : la perte d’un allié pour le milieu agricole

Longueuil (Québec), 11 janvier 2001 – « En Lucien Bouchard, la société québécoise perd un leader visionnaire et le milieu agricole un premier ministre attentif à ses besoins, un véritable allié et un ardent défenseur ».

C’est en ces termes qu’a commenté M. Laurent Pellerin, président général de l’Union des producteurs agricoles (UPA), réagissant ainsi à l’annonce du départ du premier ministre du Québec.

Ainsi, pour M. Pellerin, avec le départ de M. Bouchard, l’ensemble de la société québécoise ne pourra plus compter sur un leader qui a su concilier les impératifs économiques et sociaux et ayant démontré les qualités d’un véritable rassembleur. « À la tête du gouvernement du Québec, M. Bouchard aura fait constamment preuve d’une irréprochable intégrité intellectuelle, de déclarer M. Pellerin.

De plus, le président de l’UPA a tenu à rappeler que M. Bouchard a toujours démontré qu’il saisissait toute l’importance d’une agriculture dynamique comme composante essentielle du développement régional au Québec. « Le premier ministre a, à maintes reprises, fait la preuve qu’il avait à cœur le développement du secteur agricole et agroalimentaire du Québec au cours des dernières années », a déclaré M. Pellerin, en rappelant notamment que ce dernier avait présidé la tenue de deux Rendez-vous des décideurs sur le sujet, des événements qui furent déterminants pour le développement de ce secteur d’activité. À ce chapitre, on n’a qu’à penser à la récente création de La Financière agricole du Québec, un levier économique majeur pour assurer une présence collective plus visible et plus active dans le développement de l’agriculture et de l’agroalimentaire.

« Un tel essor s’est fait en préservant les acquis et les spécificités du modèle agricole québécois, » a également souligné le président de l’UPA. « Sous la gouverne de M. Bouchard, le Québec a obtenu l’appui d’un allié disponible, convaincu et convaincant, qui a su défendre les outils législatifs et réglementaires appuyant notamment la mise en marché collective des produits agricoles, un des principaux piliers de notre agriculture. »

« C’est avec surprise et déception que nous le voyons ainsi partir, mais nous ne pouvons que lui témoigner notre reconnaissance relativement au travail qu’il aura accompli au cours des cinq dernières années et nous lui souhaitons le plus grand des succès dans la suite de sa carrière », a conclu M. Pellerin.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Union des producteurs agricoles (UPA)

http://www.upa.qc.ca/

Commentaires