Essais au champ de plantes expérimentales en cours

London (Ontario), le 11 juillet 2000 – Des essais au champ de plants de tabac sont actuellement en cours au Centre de recherches du Sud sur la phytoprotection et les aliments d’Agriculture et Agroalimentaire Canada dans le Sud-Ouest de l’Ontario, dans le cadre d’une recherche médicale pour les humains. Les plants sont soumis à divers essais visant à établir leur capacité de produire des protéines spéciales susceptibles de servir au diagnostic ou au traitement de maladies humaines.







Ces essais consistent à utiliser les plants de façon à leur faire fabriquer divers produits biopharmaceutiques comme des protéines, des anticorps, des enzymes ou des vaccins – technique également appelée agriculture moléculaire.


Ces essais consistent à utiliser les plants de façon à leur faire fabriquer divers produits biopharmaceutiques comme des protéines, des anticorps, des enzymes ou des vaccins – technique également appelée agriculture moléculaire. Des études ont en effet montré que ce type d’agriculture pourrait constituer une source à la fois économique et abondante de traitements thérapeutiques rares ou précieux pour les humains.

Les expériences effectuées cette année tableront sur les travaux amorcés l’été dernier par des scientifiques d’AAC, qui ont testé pour la première fois au champ des plants de tabac en vue de produire de l’interleukine-10 humaine. Les travaux de cette année ont les objectifs suivants :


  • produire une protéine du sang humain, la sérum-albumine;
  • poursuivre les études sur l’interleukine-10 (IL-10), qui joue de multiples rôles dans le système immunitaire humain et qui fait l’objet de recherche en vue de mettre au point un traitement pour le syndrome intestinal inflammatoire (la maladie de Crohn);
  • produire un anticorps qui fait l’objet de recherches en vue de son utilisation comme outil diagnostic pour le cancer du côlon;
  • utiliser un nouveau système de production de protéines qui améliore le confinement et permet d’accroître l’accumulation des protéines biopharmaceutiques recherchées.

C’est l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) qui est chargée d’approuver et de réglementer ces essais au champ, qui se feront sur une superficie inférieure à 600 mètres carrés. L’ACIA a approuvé toutes les expériences au champ et a également établi des protocoles pour leur exécution, notamment les règles régissant la plantation, la croissance et la récolte des plants, de même que la surveillance du site et la tenue des dossiers. Au nombre des exigences particulières figurent la distance minimale (10 mètres) qui doit séparer les plants les uns des autres et l’élimination des plants d’essai avant la floraison.

Les chercheurs d’AAC sont en outre tenus d’assurer la sécurité de l’équipement de récolte et des installations d’entreposage.

Le tabac est considéré comme une plante idéale pour ce type de recherche parce qu’il n’est pas une plante alimentaire, qu’il ne survit pas à l’hiver et qu’aucune espèce sauvage apparentée ne pousse au Canada à l’état naturel. Les plants seront en outre récoltés avant la floraison ou la formation des graines.

Les essais au champ se font dans le cadre de collaborations avec d’autres organismes de recherche étudiant les utilisations des plants de tabac à des fins bénéfiques pour la santé humaine. Au nombre des partenaires de la recherche de cette année figurent le London Health Sciences Centre, le Fraunhaufer Insitute et la Rutgers University.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada

http://Aceis.AGR.CA/

Commentaires