Estimations de la production des principales grandes cultures

Ottawa (Ontario), 4 octobre 2002 – L’état des cultures a continué de se détériorer dans l’Ouest canadien. Cela fait suite à l’un des pires désastres au chapitre de la production de céréales et d’oléagineux, selon les données de juillet publiées dans Le Quotidien du 23 août. La pluie et le gel ont retardé les récoltes et ont réduit la qualité des produits.

Selon le présent rapport, fondé sur les estimations des agriculteurs au milieu de la période des récoltes, la production de blé devrait rester stable par rapport aux données de juillet, tandis que la production d’orge, d’avoine et de pois de grande culture devrait encore diminuer. On prévoit une légère augmentation de la production de canola par rapport à l’estimation de juillet.

















































































Estimations de septembre de la production
Culture 2001 2002 2001 à 2002
  en millions de tonnes var. en %
Total du blé 20,6 15,5 -25
Blé de printemps 16,0 10,3 -36
Orge 10,8 7,7 -29
Maïs-grain1 8,1 8,2 1
Canola 4,9 3.3 -33
Blé dur 3,0 3,6 20
Avoine 2,7 2,9 7
Pois de grande culture 2,0 1,4 -30
Soya1 1,6 2,3 44
Lin 0,7 0,7 0
Seigle 0,2 0,1 -50




1Le Québec et l’Ontario seulement.

Les agriculteurs de l’Ouest, qui ont connu l’une des pires sécheresses jamais enregistrées, ont été frappés par les pluies abondantes et le gel en août et en septembre. Des repousses dans les champs ont souvent été déclarées. Quelques semences devant être récoltées ont germé, de sorte qu’elles ne peuvent servir qu’à l’alimentation des animaux. D’autres céréales ont été tachées ou décolorées par la pluie, ce qui les rend moins intéressantes pour la mouture et réduit leur valeur. Dans de telles conditions climatiques, les plants ne sèchent pas, ce qui retarde la récolte et accroît les probabilités de dommages causés par le gel.

L’humidité des champs a entravé l’utilisation des camions lourds et des moissonneuses-batteuses servant à la récolte des cultures. La récolte accuse un retard considérable, et l’Ouest canadien a déjà subi des gelées. Plus ce retard s’accentuera, plus s’accroîtront les risques d’une nouvelle dégradation de la production et de la qualité.

Les précipitations ont contribué à rétablir les réserves d’humidité du sol et à régénérer les pâturages. Il en faudra plus encore, mais ces pluies inspirent un peu d’optimisme pour la campagne agricole de 2003.

La production d’orge accuse un nouveau recul

La production d’orge s’est repliée de quelque 205 000 tonnes métriques par rapport aux données de juillet. La production a reculé pour atteindre 7,7 millions de tonnes, en raison d’un léger fléchissement du rendement et d’une nouvelle diminution des superficies récoltées.

On estime maintenant le rendement de la culture de l’orge à 40,2 boisseaux à l’acre, en baisse de 0,4 boisseau à l’acre par rapport à juillet. Il s’agit d’un niveau nettement inférieur à la moyenne décennale de 55,3 boisseaux à l’acre. Depuis le rapport de juillet, les superficies récoltées ont diminué de 140 000 acres pour s’établir à 8,8 millions d’acres. Les superficies récoltées ne représentent que 69 % des superficies ensemencées en 2002.

Les pertes de production ont touché les trois provinces des Prairies. Le Manitoba et la Saskatchewan ont perdu respectivement 50 000 et 100 000 acres à récolter chacun par rapport à juillet, tandis que les rendements sont restés pratiquement inchangés. Le rendement de la production en Alberta a diminué de 1,0 boisseau à l’acre pour se chiffrer à 39,7 boisseaux à l’acre.

La production de pois de grande culture fléchit

La production de pois secs a diminué pour se chiffrer à 1,4 million de tonnes, contre 2,0 millions de tonnes en 2001 et 2,9 millions de tonnes en 2000. La sécheresse a réduit le rendement, qui est passé de 23,4 boisseaux à l’acre en 2001 à 18,9 boisseaux à l’acre en 2002, soit le plus faible niveau observé depuis 1988.

La production d’avoine demeure en baisse

Des conditions de croissance médiocres ont réduit de 140 000 tonnes la production d’avoine en 2002 par rapport aux données de juillet, ce qui porte les estimations de septembre à 2,9 millions de tonnes. Ce repli est attribuable à une diminution du rendement et des superficies récoltées. Le rendement a reculé de 1,2 boisseau à l’acre par rapport à juillet pour s’établir à 52,6 boisseaux à l’acre, la moyenne décennale se situant à 64,3. Comme dans le cas de la culture de l’orge, les superficies récoltées ont fléchi de près de 100 000 acres depuis juillet. Ces pertes au chapitre des superficies récoltées concernent uniquement la Saskatchewan.

Seulement 1,6 million des 2,6 millions d’acres d’avoine ensemencées en Saskatchewan seront récoltées, ce qui donne un ratio de 62 %. Cette situation est malgré tout meilleure que celle observée en Alberta, où seulement 500 000 des 1,7 million d’acres ensemencées seront récoltées, le ratio étant de 29 %.

Le Manitoba et l’Alberta ont tous deux déclaré des baisses de rendement. Le Manitoba a enregistré un rendement de 65,0 boisseaux à l’acre, en baisse de 3,0 boisseaux à l’acre par rapport à juillet, mais en hausse par rapport au rendement de 60,6 boisseaux à l’acre obtenu en 2001. En Alberta, le rendement a diminué de 2,0 boisseaux à l’acre par rapport à juillet pour se fixer à 46,0 boisseaux à l’acre, comparativement à 64,0 en 2001.

La production de canola diminue par rapport à 2001

La production de canola a augmenté de 3 % par rapport aux données de juillet pour s’élever à 3,3 millions de tonnes, mais cela représente tout de même une diminution de 33 % comparativement à 2001. Bien que les superficies récoltées aient fléchi de près de 100 000 acres par rapport aux données de juillet, les rendements observés en Alberta et au Manitoba se sont légèrement accrus.

Au Manitoba, le rendement estimé a crû de 1,6 boisseau à l’acre pour se fixer à 25,6 boisseaux à l’acre, contre 26,3 en 2001. En Alberta, le rendement estimé a progressé de 0,6 boisseau à l’acre par rapport à juillet pour s’établir à 16,9 boisseaux à l’acre, comparativement à 27,0 en 2001. Les précipitations de l’été ont favorisé les cultures semées plus tardivement, ce qui s’est traduit par un rendement accru.

La production de blé est en baisse par rapport à 2001

Les conditions climatiques observées en août et en septembre ont réduit la qualité des cultures, mais la production est restée inchangée par rapport aux données de juillet. On estime que la production totale de blé se chiffrera à 15,5 millions de tonnes comparativement à 20,6 millions de tonnes en 2001, en baisse de 25 %. Il s’agit d’un niveau inférieur à la moitié de la production record de 32,1 millions de tonnes observée en 1990.

La production de blé de printemps est estimée à 10,3 millions de tonnes, en hausse d’environ 100 000 tonnes par rapport aux données de juillet. Le rendement a affiché une légère hausse de 0,2 boisseau à l’acre par rapport à juillet pour s’établir à 24,4 boisseaux à l’acre, comparativement à la moyenne décennale de 33,1. Les superficies récoltées sont demeurées inchangées par rapport celles de juillet, qui se sont établies à 15,5 millions d’acres.

La production de blé dur s’est repliée de près de 50 000 tonnes par rapport à juillet pour se fixer à 3,6 millions de tonnes. Ce recul est attribuable à l’abandon de 100 000 acres en Saskatchewan. Le rendement du blé dur s’est établi à 24,3 boisseaux à l’acre. Il s’agit d’un rendement supérieur à celui de 2001, estimé à seulement 21,8 boisseaux à l’acre en raison de la sécheresse. Ce rendement est toutefois nettement inférieur à la moyenne décennale de 31,4.

Légère augmentation de la production de maïs

Bien que les agriculteurs de l’est du Canada aient obtenu de meilleurs résultats que ceux de l’ouest, les conditions de croissance ont été marquées par un temps excessivement chaud et sec pendant toute la saison. On estime que la production de maïs au Québec et en Ontario augmentera de 1 % par rapport à 2001 pour s’établir à 8,2 millions de tonnes, en raison d’un accroissement du rendement de 2,7 boisseaux à l’acre, portant celui-ci à 108,4 boisseaux à l’acre.

L’Ontario a affiché la plus forte hausse du rendement. On estime que le rendement augmentera de 5 % par rapport à 2001 pour se chiffrer à 108,3 boisseaux à l’acre. Le Québec a dépassé de peu l’Ontario au chapitre du rendement, celui-ci s’étant établi à 108,6 boisseaux à l’acre. Ce rendement est tout de même en baisse de 2,0 boisseaux à l’acre par rapport à 2001. La moyenne décennale du rendement de la culture du maïs est de 113,2 boisseaux à l’acre en Ontario comparativement à 109,3 au Québec.

Les stocks de maïs à la ferme ont été évalués à 800 000 tonnes contre 700 000 tonnes en 2001.

Redressement de la production de soya

Malgré le temps chaud et sec qu’a connu l’est du Canada pendant l’été, le rendement de la culture du soya au Québec et en Ontario a grimpé de 52 % par rapport à 2001. On estime que la production augmentera de 44 % pour atteindre 2,3 millions de tonnes, ce qui concorde avec la moyenne décennale.

En Ontario, le rendement a bondi de 12,8 boisseaux à l’acre par rapport en 2001 pour atteindre 33,9 boisseaux à l’acre, mais il demeure inférieur à la moyenne décennale de 37,0. Au Québec, on observe également une amélioration du rendement, qui est passé à 38,6 boisseaux à l’acre comparativement à 32,2 en 2001, la moyenne décennale au Québec étant de 41,4 boisseaux à l’acre.

Les stocks de soya à la ferme se sont chiffrés à 25 000 tonnes seulement, en forte baisse par rapport aux 85 000 tonnes déclarées en 2001.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Statistiques Canada

http://www.statcan.ca/

Commentaires