Formation d’une organisation internationale pour sauvegarder la diversité des cultures

Johannesburg (Afrique du Sud), août 2002 – L’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture et les 16 centres Future Harvest du Groupe de consultation sur la Recherche agricole internationale ont annoncé un projet visant à établir une nouvelle organisation internationale, le Global Conservation Trust.

L’objectif est d’obtenir une dotation de 260 millions $US pour entretenir les collections de diversité de cultures les plus critiques du monde et stimuler la capacité des collections sous-financées, tout particulièrement celles des pays en développement.

Le Trust sollicitera cette dotation auprès d’agences multilatérales et bilatérales, de grandes entreprises, de fondations et de gouvernements.

L’annonce a été faite aujourd’hui à l’occasion du Sommet mondial des Nations Unies sur le développement durable.

« Les collections de diversité de cultures sont la force motrice de l’innovation dans le secteur agricole et, à l’heure actuelle, elles sont dans un état précaire » déclare le Professeur M. S. Swaminathan de la Fondation de recherche M. S. Swaminathan basée à Madras, en Inde.

« Si ces collections ne sont pas préservées, il suffira de quelques décennies pour que les rendements agricoles baissent et que les parasites et les maladies envahissent les champs des agriculteurs. Cette dotation garantira la survie et prospérité de ces ressources vitales ».

Les collections de diversité de cultures, détenues dans des banques de gènes de plus de 150 pays, contiennent quelques 5,4 millions déchantillons de cultures pratiquées dans toutes sortes de climats et de conditions.

Vu le déboisement qui détruit les parents sauvages des cultures et l’abandon à grande échelle des cultures traditionnelles au profit de variétés modernes à haut rendement, les banques de gènes constituent manifestement un sanctuaire de premier ordre pour la diversité génétique des cultures.

Ce faisant, elles sauvegardent le passé aussi bien que l’avenir.

Leurs collections diverses détiennent la clé des futures variétés de cultures dont la productivité peut combattre la faim chez l’homme, dont la résistance peut résister aux contraintes générées par les changements de climat et dont le large éventail de caractéristiques peut continuer à enrichir l’alimentation de l’homme.

« Les peuples du monde entier sont absolument interdépendants pour ce qui est des ressources phytogénétiques » déclare le Dr. Geoffrey Hawtin, Directeur Général de lInstitut international des ressources phytogénétiques de Rome.

« Le globalisme pur fait partie du patrimoine des récoltes modernes et des économies basées sur elles. »

Une série d’accords internationaux signés au cours des dix dernières années affirme le désir de la communauté mondiale de protéger les collections de diversité de cultures. La Convention sur la biodiversité a jeté les bases des accords ultérieurs, notamment le Plan d’action mondial pour la conservation et l’utilisation durable des ressources phytogénétiques pour l’alimentation et l’agriculture et le Traité International sur les ressources phytogénétiques.

Le traité a été adopté par 150 nations, signé par 56 et ratifié par huit.

Il fournit un cadre approuvé au niveau international pour la conservation de ces ressources cruciales et leur utilisation durable.

Le Plan d’action mondial accorde la priorité au soutien et à l’expansion des collections de banques de gènes.

De nombreux pays manquent toutefois de ressources pour remplir ces obligations.

Le financement des banques de gènes mondiales est déterminé sur une base annuelle.

« De nombreuses collections de banques de gènes manquent tout simplement de viabilité vu l’instabilité actuelle des sources de financement, » déclare Hawtin. « Le Global Conservation Trust offre une alternative réaliste– une dotation émanant de sources publiques et privées qui pourra soutenir, à perpétuité, le patrimoine agricole mondial ».

Le gouvernement égyptien a déjà déclaré qu’il était prêt à parrainer le Trust et appelle les autres pays à se rallier.

L’établissement du Trust se fait via un processus de consultation étendu avec des donateurs de diversité de cultures, des donateurs de financement et des managers de collections de diversité de cultures, déclare Hawtin.

« Nous désirons connaître les points de vue des intéressés sur certaines questions, notamment l’emplacement futur de l’organisation, la composition de l’organisme directeur et les critères utilisés pour déterminer les collections éligibles pour le financement. »

Certaines suggestions concernant la gouvernance du Trust sont disponibles sur le site Web du Trust. Les commentaires devraient être adressés à [email protected].

L’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) est l’une des plus grandes agences spécialisées dans le système des Nations Unies et l’organisme chef de file pour le développement agricole, forestier, halieutique et rural.

La FAO oeuvre pour soulager la pauvreté et la faim en favorisant le développement agricole, l’amélioration de l’alimentation et la poursuite de la sécurité alimentaire définis comme l’accès en tout temps de tous les êtres humains à l’alimentation nécessaire pour une vie saine et active.

Le Groupe consultatif sur la recherche agricole internationale (CGIAR) est une association de membres publics et privés qui supporte un système de 16 centres Future Harvest actifs dans plus de 100 pays pour exploiter les toutes dernières connaissances scientifiques dans la lutte contre la faim et la pauvreté, l’amélioration de l’alimentation et de la santé de l’homme et la protection de l’environnement.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Groupe consultatif sur la recherche agricole internationale (CGIAR)

http://www.cgiar.org/

Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO)

http://www.fao.org

The Global Conservation Trust

http://www.startwithaseed.org/

Commentaires