France : faibles subventions pour l’exportation

France, 24 octobre 2002 – « Il est faux de dire que l’Europe subventionne plus son agriculture que les autres pays », affirme François Loos, ministre délégué au Commerce extérieur. Les restitutions ont considérablement baissé. Elles ne représentent plus que 9% des dépenses de la Pac contre 25% en 1992. L’agriculteur américain est désormais plus subventionné que l’agriculteur européen : il reçoit 20 000 dollars par an, contre 16 000 dans l’Union européenne. S’insurgeant contre les mises en cause de la Pac lors du sommet de Johannesbourg consacré au développement durable, le ministre souligne en outre que l’UE importe trois fois plus de produits agricoles et agro-alimentaires des pays en voie de développement que les Etats-Unis (27 milliards de dollars contre 8). Les Pays les moins avancés ont maintenant un accès au marché communautaire sans droits et sans limites pour leurs produits.

L’aide alimentaire des Etats-Unis tire les prix à la baisse
La France demande que « tous les soutiens » soient mis sur la table lors des discussions devant l’Organisation mondiale du Commerce (OMC) et notamment l’aide alimentaire et les crédits à l’exportation octroyés par l’administration américaine. Washington a « une politique massive d’aide alimentaire » (2,33 milliards de dollars en 1999, contre 800 millions pour l’UE) souligne François Loos, qui tire les prix mondiaux à la baisse et perturbe la production des pays en voie de développement. Les crédits à l’exportation, qui sont à 97% le fait des Etats-Unis, sont « de véritables subventions à l’exportation ». D’autre part, note encore le ministre, même dans les pays libéraux du groupe de Cairns (Nouvelle-Zélande, Canada, Australie …), il existe des entreprises commerciales d’Etat, dont la politique aussi influe sur le commerce mondial. Cela concerne 40% du commerce mondial du blé et 30% des échanges de lait.

Source : Les Échos

Commentaires