France : reconversion progressive des viticulteurs

France, 20 décembre 2001 – Conformément à la politique communautaire destinée à améliorer la qualité du vin, le conseil de direction de l’Onivins (Office national interprofessionnel de vins) a décidé de mettre en place une procédure nouvelle permettant à chaque viticulteur concerné d’entreprendre une reconversion progressive de son vignoble. Le vigneron qui le souhaite pourra arracher immédiatement les vignobles inadaptés aux marchés (une liste des cépages concernés doit être publiée) et replanter à sa convenance dans les trois années suivantes. Il touchera la première année une aide correspondant à une participation au coût d’arrachage (310 euros/hectare) et pendant trois ans, une compensation pour non production (920 euros par hectare). L’aide correspondant à la replantation sera versée l’année de la replantation. L’Office des vins précise que, par ailleurs, 6000 dossiers de souscription à la reconversion mise en place par Bruxelles en 2000 ont d’ores et déjà été payés soit un montant de 40 millions d’euros (entre 35 et 40 000 francs l’hectare). La France demandera en janvier à Bruxelles de modifier les règlements communautaires, afin de prendre en compte les viticulteurs âgés, qui ne souhaiteraient pas reconvertir leur vignoble.

Le 25 septembre dernier, le ministre de l’Agriculture Jean Glavany avait annoncé une aide de 115 millions de francs en faveur de la filière viticole. Les jeunes viticulteurs en difficulté (estimés à 1200) ont commencé le 19 décembre à recevoir les aides prévues à cette ocassion (15 millions de francs). Il reste aujourd’hui 100 000 hectares de vignes à reconvertir en France, qui pèsent sur le marché faute de produire un niveau de qualité suffisant.

Source : Les Échos

Commentaires