France : Une nouvelle étape pour le plan bio

Paris (France), 8 octobre 2008 – Au moment où est examinée au Parlement la loi de programmation du grenelle, fixant un objectif ambitieux de triplement des surfaces en agriculture biologique d’ici 2012, et d’introduction progressive des produits issus de l’agriculture biologique dans la restauration collective de l’Etat à hauteur de 20% en 2012, Michel Barnier, ministre de l’agriculture et de la pêche, a introduit les assises nationales de la BIO.

Il y a un an, Michel Barnier lançait un plan ambitieux visant à tripler les surfaces bio à l’horizon 2012 pour répondre une demande forte des consommateurs. L’ambition de ce plan est de répondre à un défi écologique et d’avenir. De nombreuses mesures ont déjà été mises en oeuvre comme la mobilisation de l’enseignement agricole, les efforts de recherche et d’innovation, la structuration des filières et l’implication de la restauration collective.

Face à un marché en pleine croissance et pour garantir une offre bio accessible à tous, Michel Barnier soutient la conversion des exploitations bio avec plusieurs mesures :

  • En augmentant l’enveloppe consacrée aux mesures agroenvironnementales en faveur de l’agriculture biologique, dans le cadre du projet de loi de Finances 2009. cette nouvelle enveloppe s’élève à 12 M€ pendant 3 ans.
  • En déplafonnant les mesures agroenvironnementales. Jusqu’à aujourd’hui, le plafond national était fixé à 7600 €/ an et par exploitation. Pour les surfaces qui se sont engagées dans le processus de conversion à compter du 16 mai 2008, le Préfet de région aura la possibilité de fixer un plafond ou non.
  • Le crédit d’impôt applicable aux exploitations biologiques a été reconduit jusqu’en 2010, son doublement vient d’être confirmé.

Par ailleurs, dans le cadre du bilan de santé de la PAC, la France souhaite encourager une agriculture durable et notamment mettre en place une mesure de soutien pérenne à l’agriculture biologique.

Ces mesures attendues créent des conditions beaucoup plus favorables aux conversions vers l’agriculture biologique.

Commentaires