Grippe aviaire: un élevage contaminé dans l’UE, un 20e mort en Indonésie

Paris (France), 25 février 2006 – Un premier élevage de volailles de l’Union européenne, situé en France, a été déclaré contaminé par le virus H5N1 de la grippe aviaire, qui s’étendait notamment en Allemagne et en Inde, touchait deux nouvelles personnes en Chine et en tuait une vingtième en Indonésie.

Un laboratoire de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé que le H5N1, transmissible à l’Homme et hautement pathogène, était la cause de la mort récente d’une femme en Indonésie. La Chine a annoncé quant à elle qu’une fillette et une jeune femme étaient dans un état critique respectivement dans les provinces de Zhejiang et d’Anhui, dans l’est du pays.

Le H5N1, la forme la plus dangereuse de cette épizootie, « est bien la cause de la mortalité » massive enregistrée cette semaine dans un élevage de l’Ain (centre-est de la France), dont les quelque 11 000 dindes ont dû être tuées et détruites, a annoncé dans la nuit de vendredi à samedi le ministère de l’Agriculture.

C’est dans ce département que deux premiers cas français de H5N1 avaient déjà été établis depuis le 18 février, mais il s’agissait de canards sauvages et non de volaille.

Un tiers du département a été décrété vendredi zone de surveillance, après la découverte de cinq nouveaux cas suspects sur des cygnes, dont plusieurs autour de Versailleux, commune où est situé l’élevage contaminé.

Quelques heures seulement après la confirmation de la présence du H5N1 dans cet élevage, le président français Jacques Chirac est intervenu publiquement, déplorant une tendance à la panique selon lui « totalement injustifiée » et illustrant son propos en dégustant un morceau de poulet de Bresse, la région où le virus a été détecté.

Le chef de l’Etat, qui s’exprimait au Salon de l’Agriculture à Paris à l’issue d’une réunion avec des responsables vétérinaires et de la filière avicole, s’est inquiété des « conséquences économiques et sociales » de la grippe aviaire.

Une allusion notamment à la chute de 25% à 30% de la consommation de poulet en France par rapport à la même période de l’an dernier, et aux réductions de personnel décidées par plusieurs groupes industriels.

Le Japon a décidé de son côté de suspendre temporairement à partir de vendredi soir les importations de volailles françaises et des produits culinaires associés comme le foie gras.

En Allemagne, la présence du H5N1 a été confirmée samedi sur un canard sauvage mort découvert au bord du lac de Constance, dans le sud, près de la Suisse, ainsi que sur un cygne et un canard sauvage dans l’Etat régional du Brandebourg, qui entoure Berlin.

Dans le nord du pays, plus de 250 soldats et pompiers s’affairaient toujours sur l’île de Rügen, en Mer Baltique, pour rechercher et évacuer d’autres oiseaux morts. Au total, 114 oiseaux morts ont été retrouvés porteurs du H5N1 depuis le 15 février dans cette région.

Les élevages allemands n’ont pour le moment pas été touchés par l’épizootie, mais le président de la Fédération des Agriculteurs, Gerd Sonneleitner, a jugé que le risque d’une telle propagation était « énorme ».

Le commissaire européen au Commerce, Peter Mandelson, a estimé samedi à Paris que la grippe aviaire était « un problème européen » même si « ce n’est pas encore une crise ».

« Nous devons prendre de solides mesures de précaution qui doivent être coordonnées à travers l’Europe », a-t-il ajouté.

Aux portes de l’Union européenne, la présence du H5N1 a une nouvelle fois été confirmée en Roumanie sur des volailles à Lunca, dans le sud-est du pays. Il s’agit du 34e foyer de grippe aviaire dans ce pays depuis début octobre.

Quant à l’Inde, elle rendait publique la découverte d’un deuxième foyer du virus dans deux élevages du district de Surat (Etat du Gujarat, ouest), à 4 km de Navapur, dans l’Etat limitrophe du Maharashtra, où avait été révélé la semaine dernière le premier foyer d’infection sur le sous-continent.

Source : AFP

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Organisation mondiale de la santé (OMS)
http://www.who.int/

Commentaires