Important virage clientèle à la Régie des assurances agricoles du Québec

Québec (Québec), le 18 février 2000 – Ce matin, monsieur Luc Roy, président et directeur général de la Régie des assurances agricoles du Québec, dévoilait les grandes lignes de son plan stratégique intitulé « Pour gérer l’actuel et le changement ».







Les quatre principaux chantiers auxquels la direction de la Régie s’est attaquée sont donc : l’offre de produits, la prestation de service, le cadre financier et le cadre de gestion.


En présence du président de l’Union des producteurs agricoles du Québec, monsieur Laurent Pellerin et du ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, monsieur Rémy Trudel, monsieur Roy a déposé un plan entièrement axé sur un important virage clientèle.

« Notre mission consiste à soutenir la croissance économique de l’agriculture québécoise en protégeant le revenu des entreprises agricoles contre les risques climatiques et de marchés. De ce fait, l’utilisation optimale des outils de gestion des risques doit leur permettre de planifier et de prendre leurs décisions d’investissement », de préciser monsieur Roy.

Les quatre principaux chantiers auxquels la direction de la Régie s’est attaquée sont donc : l’offre de produits, la prestation de service, le cadre financier et le cadre de gestion.

« Les producteurs et productrices agricoles devraient être satisfaits des modifications annoncées aujourd’hui », de déclarer monsieur Laurent Pellerin, qui a rappelé qu’au Congrès général de l’UPA de 1998, les délégués et les déléguées avaient déjà réclamé des programmes d’assurance récolte plus simples, plus efficaces et plus accessibles.

Des produits d’assurance multi-options

Dans le cadre de sa campagne d’adhésion 2000, la Régie offrira une gamme de produits d’assurance multi-options pour mieux répondre aux nouvelles réalités des entrepreneurs agricoles du Québec confrontés aux règles du commerce international.

Comme le soulignait le ministre Rémy Trudel : « Nous nous devions d’être proactifs pour nous adapter aux besoins changeants des productrices et producteurs qui se sont fixés d’ambitieux objectifs de croissance et d’investissement ».

Un cadre de gestion moderne

Dans une approche de gestion axée sur les services clientèles, la Régie s’est dotée des plus récentes technologies de l’information, dont l’Internet, pour bien faire connaître la grande diversité de ses produits d’assurance. De plus, tel que souhaité par un grand nombre d’entrepreneurs agricoles, la Régie est prête pour procéder (automne 2000) aux transactions par commerce électronique de manière sécuritaire.

Comme monsieur Roy le confirmait : « Il est impératif de prendre un virage clientèle passant par une amélioration de l’efficacité dans l’administration des outils de gestion des risques ».

En terminant, il est important de mentionner qu’en 1999, la Régie des assurances agricoles avait des valeurs assurées de 2,6 milliards de dollars auprès de 19 300 entreprises agricoles et un chiffre d’affaires de plus de 350 millions de dollars en primes souscrites. Mieux encore, au cours des trois dernières années, la Régie a connu une croissance soutenue de 5 % annuellement, tant en terme du nombre d’adhérents que des superficies assurées.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)

http://www.agr.gouv.qc.ca/

Régie des assurances agricoles du Québec

http://www.raaq.gouv.qc.ca/

Commentaires