Inondations : la viticulture française en appelle à l’UE

Paris (France), 12 septembre 2002 – Le président de l’Office français interprofessionnel des vins (Onivins) a demandé à Franz Fischler d’intervenir auprès de l’Union européenne pour qu’elle manifeste rapidement son soutien aux viticulteurs français touchés par les inondations.

« Il est impératif que l’Union européenne affirme le plus rapidement possible son soutien, afin de redonner l’espoir aux personnes qui ont tout perdu et de jeter les bases d’une reconstruction économique et sociale », écrit Denis Verdier dans un courrier adressé mardi au commissaire européen à l’Agriculture et dont Reuters a obtenu une copie.

« Comme vous le savez, ce drame intervient de plus dans un contexte économique déjà difficile, en particulier dans cette zone fortement productrice de vins de table et de vins de pays », précise-t-il.

Denis Verdier, qui est aussi président de la Fédération des caves coopératives du Gard, département le plus touché par les intempéries, rappelle au commissaire que la viticulture représente 49% de la production agricole de la région Languedoc-Roussilon. « Ce secteur représente une activité essentielle pour l’économie et la vie locale de ces régions. »

« Même s’il est encore trop tôt pour dresser un bilan précis de ce drame humain, économique et social, nous tenons d’ores et déjà, en tant que responsables professionnels, à attirer votre attention sur la situation aujourd’hui catastrophique de la viticulture de cette zone », poursuit-il.

Au 1er août, le ministère de l’Agriculture prévoyait pour le Languedoc-Roussillon, premier vignoble mondial en volume, une récolte 2003 de 12,573 millions d’hectolitres de vins (toutes catégories confondues) sur une production nationale de 54 millions d’hectolitres.

« De nombreux producteurs se retrouvent aujourd’hui sans perspective », ajoute Denis Verdier pour qui « la récolte est compromise » dans le Gard où seulement 20% des vignes étaient vendangés avant les inondations.

« Le potentiel de production est également atteint », poursuit le président de l’Onivins qui estime que « des centaines d’hectares de vignes ont été sévèrement abîmés ». « Dans certains cas, les ceps ont purement et simplement été déracinés ».

D’autres dommages sévères sont à déplorer sur les installations de collecte, de transformation et de stockage.

« De nombreuses caves ne pourront pas recevoir et vinifier la récolte dans de bonnes conditions; plusieurs seront purement et simplement dans l’impossibilité de le faire. »

Mercredi, la Commission européenne a annoncé son intention de dégager dès cette année un milliard d’euros pour réparer les dégâts causés par les inondations qui ont frappé l’Allemagne, l’Autriche et la France.

La Commission avait déjà offert mardi à la France de réorienter « ses » fonds structurels européens pour réparer les infrastructures détruites par les inondations.

La France, si elle le souhaite, pourra redéployer les fonds déjà prévus dans la programmation budgétaire 2000-2006, soit 656 millions d’euros affectés au Languedoc-Roussillon et à la région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Source : Reuters

Commentaires