Investissement de 4,4 millions de $ dans les domaines de la pêche, de l’aquaculture et du tourisme

Grande-Rivière (Québec), 17 mai 2004 – De passage en Gaspésie aujourd’hui, la ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ), Mme Françoise Gauthier, et la ministre déléguée au Développement régional (MDER) et au Tourisme, Mme Nathalie Normandeau, annoncent des investissements de 4,4 millions de dollars destinés à soutenir le développement de la pêche, de l’aquaculture et du tourisme en Gaspésie.

Le Carrefour national de l’aquaculture et des pêches de Grande-Rivière inc.
Le gouvernement du Québec accorde 3,7 millions de dollars pour la réalisation du Carrefour national de l’aquaculture et des pêches (CNAP), un centre polyvalent d’expérimentation aquacole, de démonstration didactique et d’attrait touristique. Outre les déboursés du gouvernement du Québec, le plan de financement prévoit un appui de 800 000 dollars de la Ville de Grande-Rivière et de 130 000 dollars du milieu.

« La création du Carrefour constitue un excellent moyen de consolider et de développer l’offre touristique gaspésienne. Le Carrefour servira à cibler la Gaspésie comme destination privilégiée pour le tourisme, et Grande-Rivière comme nouvelle destination de tourisme scientifique », a précisé Mme Normandeau.

Ce projet consiste essentiellement en la construction et l’aménagement du pavillon de l’aquaculture, d’un parc thématique « Sous la mer » et du parc industriel. Les nouvelles infrastructures terrestres viendront se greffer à celles du Centre aquacole marin, du Centre spécialisé des pêches ainsi qu’à celles des industries sises dans le parc industriel.

« Les récentes mutations qu’a connues le secteur des pêches et de l’aquaculture méritent d’être davantage valorisées. Le CNAP jouera ce rôle promotionnel propre au secteur en plus de faire de Grande-Rivière un lieu de convergence reconnu pour la recherche scientifique et le développement technologique en aquaculture et en pêche », a indiqué Mme Gauthier.

La réalisation de ce projet permettra la création de 12 emplois saisonniers et permanents. Les retombées financières des travaux de construction sur les entreprises locales sont évaluées à 3,5 millions de dollars. Quant aux impacts économiques annuels en phase opérationnelle, ils sont estimés à 400 000 dollars.

Fonds d’investissement de la Société de développement de l’industrie maricole (SODIM)
Outre l’aide accordée au CNAP, les ministres Gauthier et Normandeau ont confirmé un appui financier de 776 000 dollars à la Société de développement de l’industrie maricole (SODIM) pour la recapitalisation du fonds d’investissement destiné à assumer le capital de risque des entreprises actuelles et futures. Cette somme permettra de fournir un encadrement en génie maricole en plus de servir au fonctionnement de cet organisme.

La SODIM, créée en 1998 et consolidée en 2000, relève d’un conseil d’administration composé d’intervenants du milieu ainsi que de partenaires financiers et gouvernementaux. Son soutien aux entreprises maricoles prend la forme de garanties de prêt, de prêts à terme et de capital-actions.

« Les entreprises maricoles de la Gaspésie, de la Côte-Nord et des Îles-de-la-Madeleine ont besoin d’un organisme qui se distingue par sa capacité à assumer la partie de risque et de financement en complémentarité avec les acteurs de l’industrie. La SODIM propose des services adaptés qui répondent à leurs besoins particuliers de financement pour franchir les étapes importantes de leur développement », a ajouté Mme Normandeau

Un outil qui a fait ses preuves
Depuis sa création, la SODIM a investi plus de 3,5 millions de dollars dans le cadre de 52 interventions financières de formes diverses dans 11 entreprises maricoles.

Ces investissements ont servi à favoriser le développement d’une industrie maricole viable et rentable en offrant un soutien financier aux projets de démarrage, de diversification et d’expansion d’entreprises maricoles. La SODIM propose des services-conseils et de l’appui technique tout en encourageant la R-D sur son territoire, créant ainsi un climat de confiance pour les investisseurs à l’égard de la mariculture.

« Il est essentiel de favoriser le développement de la mariculture dans les régions maritimes et de répondre ainsi à la demande croissante des marchés pour des produits aquatiques. La contribution financière du gouvernement du Québec permettra à la SODIM de continuer à soutenir l’industrie maricole québécoise, qui dispose d’un important potentiel et de lieux propices à la croissance de ce secteur », a précisé Mme Gauthier.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)
http://www.agr.gouv.qc.ca/

Commentaires