L’immunocastration est une alternative à la castration chirurgicale

Avec l’arrivée d’Improvest au Canada, les médecins vétérinaires en pratique porcine auront accès à une nouvelle technologie pour contrôler l’odeur de verrat dans la viande de porc.

IMPROVEST est une protéine qui agit comme une immunisation pour aider à prévenir l’odeur de verrat sans recourir à la castration chirurgicale, méthode actuellement utilisée efficacement. Ce produit utilise le système immunitaire du porc pour interrompre temporairement la fonction testiculaire. IMPROVEST produit le même effet que la castration physique, mais beaucoup plus tard dans la vie de l’animal et de manière temporaire, plutôt que permanente. Cela permet de laisser les porcs se développer en restant entiers, avec tous les avantages que cela comporte, jusqu’à l’administration de la seconde dose.

IMPROVEST est administré en deux doses espacées d’au moins quatre semaines. La première dose prépare le système immunitaire, alors que la deuxième stimule la production d’anticorps pour éliminer l’odeur de verrat. Les porcs sont abattus de quatre à huit semaines après l’administration de la seconde dose.

Effets

« Les études confirment que les mâles entiers consomment moins d’aliments et produisent plus de viande, ce qui se traduit par une hausse de 7 à 10 pour cent de l’indice de conversion », rapporte la compagnie. Ceci se répercuterait en une réduction de mortalité de 1,5% puisque les porcs mâles traités avec ce produit n’ont pas à subir de castration physique. Il y aurait donc élimination du risque d’infection ou de décès associé à l’ablation des testicules.

Le gain de productivité associé à la consommation réduite d’aliments et à la production accrue de viande pourrait se traduire par une réduction de l’empreinte de carbone pouvant atteindre 3,6 % (mesuré en équivalents CO2 par kg de poids vif) par rapport à l’élevage de porcs castrés.

« IMPROVEST offre l’occasion de tirer une valeur accrue des porcs mâles », explique Peter van Vloten, chef de l’équipe IMPROVEST chez Pfizer Santé animale. « L’administration d’IMPROVEST chez les mâles pour éliminer l’odeur de verrat et les comportements mâles typiques survient relativement tard au cours de la période de finition, de sorte que ces animaux peuvent atteindre leur plein potentiel de développement avec une efficacité accrue. »

Projets pilotes

Pfizer entreprendra au Canada des projets pilotes sur IMPROVEST auprès d’un certain nombre de médecins vétérinaires en pratique porcine, leurs clients producteurs et des transformateurs partout au pays. Des fermes représentatives de différents modèles de production seront sélectionnées pour peaufiner l’observance du procédé IMPROVEST.

L’introduction graduelle du produit par la conduite de projets pilotes vise à assurer un effort coordonné dans la chaîne alimentaire. Pfizer Santé animale travaillera avec les médecins vétérinaires et leurs clients producteurs pour les aider à adopter des pratiques éprouvées et de nouvelles lignes directrices nutritionnelles afin de maximiser les bienfaits d’IMPROVEST dans différents types de systèmes de production et différentes lignées génétiques. Cette méthode donnera aussi le temps aux abattoirs et aux transformateurs d’effectuer et d’optimiser l’intégration des mâles IMPROVEST dans leurs systèmes.

« Il a été démontré que la viande provenant de porcs traités par IMPROVEST est d’excellente qualité et peut être consommée sans danger », affirme Peter van Vloten.

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires