Le niveau de rentabilité du soya

Au cours de la dernière décennie, la production de soya a fortement progressé au Québec. Un ratio de 0,45 hectare de soya pour 1 hectare de maïs-grain était la norme en 2005. Pour les 5 dernières années, on constate un ratio moyen de 0,77 hectare. Cette croissance en popularité découle de plusieurs phénomènes, dont des prix de vente élevés qui favorisent la rentabilité de cette production.

Source: Centre d'études sur les coûts de production en agriculture

Source: Centre d’études sur les coûts de production en agriculture

Nous(*) avons donc voulu porter un regard sur les entreprises qui ont obtenu les meilleures performances économiques pour cette culture. Les résultats des 18 entreprises spécialisées qui ont réalisé les marges (i) les plus élevées lors de l’étude sur les coûts de production des grandes cultures 2014 (groupe de tête) ont été analysés. Pour cet exercice, chaque entreprise dispose d’un même poids statistique, et ce, peu importe sa taille.

Le groupe de tête se démarque par une marge moyenne de 706 $ /hectare. Les tableaux suivants permettent de comparer les résultats des entreprises du groupe de tête ($/hectare et $/tonne) aux résultats de l’étude sur les coûts de production 2014.

Voici une analyse sommaire des résultats présentés.

Source: Centre d'études sur les coûts de production en agriculture

Source: Centre d’études sur les coûts de production en agriculture

Ventes de soya : les entreprises du groupe de tête obtiennent généralement de meilleurs rendements (2,95 t/ha versus 2,69 t/ha) et un prix plus élevé (534 $/t versus 507 $/t). Cette dernière différence peut être attribuable aux marchés visés (ex. : soya IP) ou à la cédule d’écoulement;

Intrants : bien que les résultats du groupe de tête n’exposent pas d’écart sur cet élément, il demeure important pour la rentabilité des entreprises. Les analyses de corrélation montrent que plus les postes engrais et pesticides sont élevés plus la marge tend à s’amenuiser;

Location : les entreprises du groupe de tête possèdent une plus grande partie des terres qu’elles cultivent (86 % versus 64 %). Le taux de location qu’elles paient pour les superficies louées est toutefois supérieur (325 $/ha versus 309 $/ha);

Charges machinerie : parmi les différentes charges que regroupe ce poste, les charges pour la réalisation de travaux à forfait (ex. : battage) sont inférieures pour les entreprises du groupe de tête. À l’opposé, elles ont des dépenses d’amortissement supérieures;

Financement : la majorité des charges de financement sont associées aux intérêts sur la dette long terme (97 $/ha versus 72 $/ha). La valeur des actifs (au coût d’acquisition) pour la culture du soya du groupe de tête est supérieure (8 194 $/ha versus 6 428 $/ha) malgré que les taux d’endettement soient équivalents (52 % versus 50 %);

Amortissement : des charges d’amortissement supérieures pour le groupe de tête découlent majoritairement d’une valeur d’actifs machinerie et roulant plus élevée (1 806 $/ha versus 1 378 $/ha);

Rémunération : les marges calculées pour les entreprises du groupe de tête et celles de l’étude sur le coût de production permettent de couvrir la rémunération des heures de travail effectuées par les employés, la famille et les exploitants (9,7 h/ha et 9,1 h/ha). La rémunération calculée pour le travail est de 200 $/ha pour le groupe de tête et de 181 $/ha pour l’étude.

Pour cette culture, les deux groupes sont également en mesure de rémunérer leur avoir. En considérant que la totalité de la marge après travail y est affectée, le groupe de tête génère un rendement sur l’avoir de 13 % tandis que l’ensemble des entreprises de l’étude obtiennent 9 %.

Conclusion
Selon les prix de vente de l’année 2014, on pourrait prévoir des résultats économiques intéressants pour les deux groupes. Néanmoins, de par son rendement, le groupe de tête est moins sensible à une fluctuation du prix sous la barre de 400 $/tonne. À ce prix, il est encore possible de rémunérer le travail.

Champion dans le soya… champion dans le maïs? Oui et non! Des 18 entreprises du groupe de tête pour le soya, 9 se trouvent également dans le groupe de tête du maïs-grain.

Bonne comparaison!

*Texte réalisé par le Centre d’étude sur les coûts de production en agriculture

i. Tiers supérieur des entreprises qui ont cultivé en 2014 plus de 42 ha dont le produit n’était pas destiné au marché de la semence. Marge avant intérêts sur le long terme, rémunération du travail et de l’avoir

à propos de l'auteur

La référence en nouvelles technologies agricoles au Québec.

Le Bulletin des agriculteurs

Fondé en 1918, Le Bulletin des agriculteurs traite des tendances, des innovations et des dernières avancées en matière de cultures, d’élevages et de machinisme agricole dans le but de faire prospérer les entreprises agricoles d’ici.  

Articles récents de Le Bulletin des agriculteurs

Commentaires