La décision de l’union européenne concernant le régime d’importation des céréales

Ottawa (Ontario), 12 novembre 2002 – Le Canada continuera d’exporter son blé de mouture et son blé dur de première qualité au sein des pays de l’Union européenne (UE) sans que celle-ci impose des contingents tarifaires.

Le 26 juillet 2002, l’UE avisait l’Organisation mondiale du commerce de leur intention de modifier les contingents tarifaires de toutes les céréales importées. L’UE prétendait que d’importants volumes de blé peu coûteux en provenance de pays de l’Europe de l’est faussaient le marché interne des céréales. À la suite de négociations avec le Canada et d’autres partenaires commerciaux importants, l’UE a convenu que seules les importations de blé de moindre qualité, d’orge fourragère et de brasserie se verront imposer des contingents tarifaires. Selon les conditions actuelles du marché, le blé de mouture et le blé dur de première qualité continueront d’avoir accès au marché européen sans qu’aucuns droits de douane ne soient perçus.

« Je suis heureux d’en venir à une entente avec l’UE, a déclaré le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, M. Lyle Vanclief. L’UE est un important marché pour les céréaliculteurs canadiens et cette décision leur permettra de poursuivre leurs échanges commerciaux comme par le passé. »

« Nous sommes heureux de la conclusion d’un accord assurant ainsi l’accès traditionnel aux marchés de l’UE de notre blé de mouture et notre blé dur de première qualité, a déclaré le ministre du Commerce international, M. Pierre Pettigrew. Cela démontre que nous pouvons collaborer de façon constructive afin de trouver des solutions mutuellement avantageuses à d’importants enjeux commerciaux internationaux. »

« C’est une bonne nouvelle pour les céréaliculteurs de l’Ouest canadien, a pour sa part affirmé le ministre responsable de la Commission canadienne du blé, M. Ralph Goodale. Le Canada exporte environ un million de tonnes de blé de mouture de première qualité et 400 000 tonnes de blé dur annuellement en UE, ce qui signifie approximativement 45 pour cent des importations de l’UE en blé de première qualité. »

L’UE avisera l’Organisation mondiale du commerce des changements et du processus d’implantation du régime afin qu’il soit en vigueur dès le 1er janvier 2003.

Au cours des cinq dernières années, la valeur des exportations de blé canadien vers l’UE a totalisé environ 500 millions de dollars par année.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada

http://Aceis.AGR.CA/

Commentaires