La faim ne régresse pas malgré les excédents

Rome (Italie), 6 juin 2002 – Faute d’investissements suffisants, le monde est en train de perdre sa bataille contre la famine et ne pourra pas atteindre son objectif de diminuer de moitié la malnutrition avant 2015, ont prévenu les Nations unies. A une semaine de l’ouverture du sommet mondial de l’alimentation, un dirigeant de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a indiqué que les pays participants envisagent de demander que 24 milliards de dollars d’investissements publics soient débloqués chaque année en plus des programmes existants de développement agricole et rural pour combattre la faim.

« Il faut donner aux gens le pouvoir d’achat pour qu’ils achètent la nourriture dont ils ont besoin ou leur donner les moyens qui leur permettent de la produire » a déclaré cette semaine à Reuters Hartwig de Haen, sous-directeur général de la FAO.

Le sommet de la FAO qui se déroulera au siège de l’organisation, à Rome, du 10 au 13 juin, doit renouveler l’engagement pris lors du précédent sommet de 1996 de réduire de moitié d’ici 2015 le nombre d’individus souffrant de la faim dans le monde pour le ramener à 400 millions.

Plusieurs dizaines de chefs d’Etat, principalement de pays en voie de développement devrait y assister, notamment la président de l’Indonésie Megawati Sukarnoputri, le président sud-africain Thabo Mbeki et son homologue du Nigeria, Olusegum Obesanjo.

Le sommet qui devait se tenir l’année dernière avait été repoussé après les attentats du 11 septembre contre les Etats-Unis et devrait se dérouler dans des conditions de sécurité renforcée, les autorités italiennes prévoyant de déployer quelques 5.000 policiers et de mobiliser des hélicoptères.

Le président du conseil italien, Silvio Berlusconi, s’est inquiété des troubles que les militants antimondialisation pourraient provoquer dans la capitale italienne à cette occasion. Une manifestation antimondialisation est prévue dans le centre de la ville, samedi, à la veille de l’ouverture du sommet. Les organisations non gouvernementales ont organisé une conférence parallèle qui se tiendra la semaine prochaine.

La FAO estime qu’un manque de mobilisation se traduit par un retard dans la réalisation de l’objectif de réduction de la malnutrition.

Une personne sur sept souffre de malnutrition

Selon le dernier rapport de la FAO, le nombre de personnes souffrant de malnutrition ne diminue plus que sur un rythme de 6 millions par an contre 8 millions en 1999. Aussi pour que l’objectif d’une réduction de moitié de la malnutrition en 2015 soit atteint, il faudrait désormais que 22 millions de personnes y échappent chaque année.

L’organisation souligne parallèlement que le monde produit plus de nourriture qu’il n’en a besoin mais qu’elle ne parvient pas à ceux qui en manque le plus.

Selon De Haen, les régions du monde les plus touchées par la famine sont le sud de l’Afrique, l’Afghanistan, la Corée du Nord, la Cisjordanie et la bande de Gaza.

Le directeur exécutif adjoint du Programme alimentaire mondial (PAM) a estimé jeudi à Johannesburg que 12 millions de personnes sont menacées par la famine cette année dans six pays du sud de l’Afrique.

« Nous considérons qu’il s’agit d’une crise majeure. Et la situation se dégrade de jour en jour » a déclaré Jean-Jacques Graisse au cours d’une conférence réunissant les pays donateurs et les organisations humanitaires intervenant dans cette région qui connaît sa plus grave crise alimentaire depuis dix ans.

Près d’une personne sur sept dans le monde souffre de malnutrition. La plupart d’entre elles vivent en Asie du sud et en Afrique sub-saharienne.

De Haen souligne que l’objectif de réduction de moitié de la malnutrition d’ici 2015 aurait d’importantes contreparties économiques qu’il chiffre à 120 milliards de dollars par an, du fait du recul des maladies et de l’augmentation de productivité qui en résulterait.

(Tous les montants sont en dollars américains, sauf indication contraire)

Source : Reuters

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO)

http://www.fao.org

Commentaires