La FCM demande plus d’aide du gouvernement fédéral pour contrer les effets de la sécheresse

Gander (Terre-Neuve), septembre 2002 – La FCM prévient que beaucoup d’agriculteurs et de collectivités rurales de l’ouest canadien font face à la faillite en raison des conditions de sécheresse sans précédent qui sévissent dans cette région du pays. Malgré l’extraordinaire générosité des producteurs de pâture de l’Est et des particuliers qui ont donné des fonds, sans une aide additionnelle immédiate du gouvernement du Canada, les producteurs seront obligés d’abattre leurs troupeaux.

« Les animaux reproducteurs supérieurs développés au fil des
générations et le fonds génétique qui s’y rattache seront perdus
irrémédiablement », souligne M. Jack Hayden, le président de
l’Alberta Association of Municipal Districts and Counties. « Les
Canadiens seront obligés d’importer la majorité de leur boeuf des
Etats-Unis. Les prix augmenteront et la qualité en souffrira. »

La sécheresse touche 80 pour cent de l’Alberta et 40 pour cent de
la province connaît des conditions de temps sec jamais vues. Ses 6
millions de têtes de bétail ont besoin de 650 000 tonnes de
pâture. La province a déjà accordé une aide de 343 millions de
dollars pour la sécheresse. Un emploi sur quatre est associé à
l’agriculture. Les conditions dans les autres provinces des
prairies sont semblables.

« Quand des fermes disparaissent, les banques perdent également »,

poursuit M. Hayden. « Les répercussions se feront sentir chez tous
les Canadiens. » Les produits agricoles représentent un tiers du
commerce extérieur du Canada.

« Il y a un surplus de pâture dans l’Est. Nous avons des
agriculteurs qui sont disposés à l’acheter. Mais nous n’avons pas
l’argent nécessaire pour le transporter. Nous ne pouvons attendre
une semaine de plus », ajoute M. Hayden.

« L’énormité de la situation est renversante », déclare le président
de la FCM, M. John Schmall. « Le gouvernement du Canada doit
accorder plus d’argent pour transporter la pâture vers les
provinces de l’Ouest, avant que les dommages ne deviennent
irréversibles. Ensuite, nous pourrons nous réunir afin de mieux
nous préparer pour faire face aux catastrophes naturelles de
toutes sortes partout au pays. »

La FCM est la voix nationale des gouvernements municipaux depuis

1901. Elle est vouée à améliorer la qualité de vie dans toutes les
collectivités en favorisant des gouvernements municipaux forts,
efficaces et redevables.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Fédération canadienne des municipalités (FCM)

http://www.fcm.ca/

Commentaires