La Financière agricole innove en diffusant des bilans régionaux en assurance récolte

Québec (Québec), 2 mars 2006 – La Financière agricole du Québec innove cette année en présentant, en plus de son bilan annuel en assurance récolte, des bilans régionaux pour chacune des régions administratives. Ainsi, pour l’année 2005, plus de 52 millions de dollars ont déjà été versés en indemnités aux assurés, dont 24,6 servant à compenser les pertes dans la culture du foin.Les valeurs totales assurées par l’assurance récolte en 2005 étaient del’ordre de 892 millions de dollars, alors que les cotisations versées par lesadhérents producteurs au Programme d’assurance récolte s’établissaient à20 millions de dollars. Rappelons que les deux ordres de gouvernement versentensemble l’équivalent de 60 % des primes nécessaires au fonctionnement durégime, soit environ 30 millions en 2005.

En 2005, plus de 13 300 entreprises ont adhéré au Programme d’assurancerécolte et ont ainsi assuré plus de 1 350 000 hectares de cultures.

Le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, M. YvonVallières, a tenu à rappeler que «l’un des objectifs de La Financière agricoleest d’assurer la pérennité de l’agriculture québécoise et le succès desentreprises agricoles, d’où l’importance de déployer toutes les énergiesnécessaires pour offrir aux producteurs et productrices un programme efficacede protection contre les risques climatiques».

Le président-directeur général de La Financière agricole, M. JacquesBrind’Amour, s’est dit réjoui de «pouvoir mettre à la disposition despartenaires et des producteurs agricoles un outil supplémentaired’information, soit des bilans par région administrative présentant lesconditions climatiques et leurs impacts sur les cultures. Ces bilans régionauxfont bien ressortir la grande diversité climatique et agronomique au Québec».

Pour sa part, le président du conseil d’administration de La Financièreagricole du Québec et président général de l’Union des producteurs agricoles,M. Laurent Pellerin, a ajouté que «ces bilans démontrent hors de tout doutel’utilité, pour le producteur agricole, de se prémunir adéquatement enadhérant au Programme d’assurance récolte pour pallier les effets des pertesde récoltes». Il a en outre souligné le rôle majeur de soutien aux producteursque joue La Financière agricole dans leur gestion des risques en agriculture.

Le climat au cours de la saison 2005 a été généralement favorable pour laproduction agricole. De fait, 6 759 avis de dommages ont été enregistrés pourla saison 2005, comparativement à 6 490 en 2004 et à 6 867 en 2003. Lesprincipales causes de dommages en 2005 ont été la sécheresse, l’excès depluie, le gel hivernal et l’excès de chaleur. Dans l’ensemble, les rendementset la qualité des récoltes annuelles sont qualifiés de moyens à légèrementinférieurs à la moyenne. La saison a été principalement caractérisée par unprintemps frais et humide, un été très chaud et très sec, et un automne douxmais très pluvieux. Egalement, divers épisodes de pluies torrentielles, degrêle, de crue des eaux et de vents violents ont été enregistrés. La chaleur acontribué à une plus forte activité des insectes, et les conditions humides etl’excès de pluie par périodes ont été propices au développement de maladiesdans les cultures.

Le bilan annuel, les bilans régionaux ainsi que les rapports détailléssur l’état des cultures par région administrative sont accessibles sur le siteInternet de La Financière agricole à l’adresse suivante : www.fadq.qc.ca.

En place depuis près de quarante ans, le Programme d’assurance récoltecouvre les pertes de revenus attribuables aux conditions climatiques et auxphénomènes naturels. Les protections sont offertes par un système individuelou collectif, selon les cultures. Dans le système individuel, seul lerendement de l’entreprise agricole est pris en considération. Dans le systèmecollectif, c’est la moyenne du rendement des entreprises pour une zone donnéequi est considérée. Rappelons que les entreprises agricoles ont jusqu’au30 avril 2006 pour adhérer à ce programme qui contribue à la gestion de leursrisques.

Avec un encours de prêts garantis qui atteint 4,3 milliards de dollars etdes valeurs assurées qui s’élèvent à près de 4 milliards, La Financièreagricole joue un rôle de premier plan dans le développement du secteuragricole et agroalimentaire québécois. Pour assurer la stabilité économique etfinancière des entreprises, elle met à leur disposition des produits et desservices de qualité en matière de protection du revenu et d’assuranceagricole, de capital de risque, ainsi que de financement agricole etforestier. Pour ce faire, elle compte sur une équipe multidisciplinaire quioeuvre dans un réseau de centres et de comptoirs de services répartis surl’ensemble du territoire québécois.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

La Financière agricole du Québec
http://www.financiereagricole.qc.ca

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)
http://www.mapaq.gouv.qc.ca

Union des producteurs agricoles (UPA)
http://www.upa.qc.ca/

Commentaires