La mise en valeur de l’énergie éolienne : un développement dont il faudrait reprendre le contrôle

Québec (Québec), 30 novembre 2005 – On assiste depuis quelques mois à un développement débridé du potentiel éolien de l’Est du Québec. Pour le président de l’UPA du Bas-Saint-Laurent, Claude Guimond, il est important « que les producteurs agricoles et forestiers soient renseignés adéquatement avant de consentir des droits à des promoteurs sur leurs propriétés ».

A cet effet se tiendra, en collaboration avec l’Université du Québec àRimouski, un colloque le 8 décembre à Rimouski.

Claude Guimond estime que « pour que le développement éolien soit durable,il doit respecter les propriétaires de lots et le milieu ». Plusieurs élémentsde ce dossier méritent réflexion, notamment la possibilité du milieu dedevenir promoteur. On questionne également quelle est la rentabilité desprojets et quelle part devrait revenir aux propriétaires de fonds de terre.

De plus, des améliorations pourraient être apportées au processusd’appels d’offres d’Hydro-Québec pour augmenter les retombées économiques enrégion.

En attente de réponses à ces questions, Claude Guimond recommande avanttout la prudence.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Union des producteurs agricoles (UPA)
http://www.upa.qc.ca/

Université du Québec à Rimouski (UQAR)
http://www.uqar.uquebec.ca/

Commentaires