La valeur des terres agricoles à la hausse d’un océan à l’autre

Régina (Saskatchewan), 7 octobre 2002 – Financement agricole Canada (FAC) signale
que la valeur des terres agricoles a progressé de 2,57 pour cent
au cours de la période de six mois qui s’est terminée le 1er
juillet 2002. Il s’agit d’une cinquième augmentation de la
valeur, qui dépasse considérablement la hausse de 0,8 pour cent
signalée en janvier 2002.

« Au cours des six derniers mois, la demande de terres a progressé

en raison de la vigueur de l’économie canadienne et de la
stabilité des prix pour la plupart des denrées, a expliqué M. Jay
Henryk, vice-président adjoint, Evaluation et politique de crédit,
à FAC. Toutefois, l’effet potentiel de la sécheresse qui a sévi
au cours de l’été dans certaines régions du pays ne s’est pas
encore fait sentir sur la valeur des terres agricoles. »

Le Québec est la province qui a connu la plus forte progression de la valeur des terres, avec 6,2 pour cent, comparativement à 4,8 pour cent dans le dernier semestre de 2001.

Au Canada atlantique, le Nouveau-Brunswick est la seule province
qui affiche une hausse de la valeur, soit de 1,2 pour cent. La
valeur des terres agricoles à Terre-Neuve et au Labrador, ainsi
qu’à l’Ile-du-Prince-Edouard, est demeurée inchangée pendant toute
l’année. La valeur des terres est aussi demeurée stable en

Nouvelle-Ecosse, après une hausse de 2,4 pour cent au cours de la
période d’évaluation précédente.

La valeur des terres en Ontario a poursuivi sa croissance
continue, progressant de quatre pour cent, après avoir augmenté de
3,1 pour cent dans le semestre précédent.

Pour la première fois depuis 1999, la valeur des terres s’est
appréciée en Saskatchewan, progressant de un pour cent,
comparativement à une légère diminution de 0,4 pour cent dans le
dernier semestre de 2001. La valeur des terres s’est accrue de
2,1 pour cent au Manitoba comparativement à la variation de 0,2
pour cent signalée en janvier 2002.

En Alberta, la valeur des terres agricoles a grimpé de 4,5 pour
cent dans la période visée par le présent rapport, une hausse
considérablement supérieure à la hausse de 1,6 pour cent signalée
pour le semestre précédent.

La Colombie-Britannique a, pour sa part, affiché une croissance
stable de la valeur des terres agricoles, passant de la hausse de
0,1 pour cent signalée au début de 2002 à une progression de 2,1
pour cent pour la période courante.

Le rapport « Valeur des terres agricoles » est publié tous les six
mois par Financement agricole Canada et est fondé sur l’analyse de
245 terres agricoles repères dans l’ensemble du pays. Il est
possible de l’obtenir sur demande ou de le télécharger à partir du
site Web de FAC à www.fac-fcc.ca. FAC offre aussi sur son site
Web son service « Valeurs des terres agricoles en ligne », qui
fournit de l’information plus locale sur la valeur des terres.
C’est la banque de données sur la valeur des terres agricoles la
plus complète au Canada et vous pouvez y accéder gratuitement.

FAC aide les agriculteurs et les agri-entrepreneurs canadiens à
croître, à diversifier leur entreprise et à prospérer.
Travaillant à partir d’un réseau de 100 bureaux principalement
situés dans des localités rurales du Canada, les 900 employés de
FAC sont des passionnés de l’agriculture. FAC a un portefeuille
de prêts d’une valeur de 7,7 milliards de dollars, qui a connu une
neuvième année consécutive de croissance, reflétant le succès de
sa clientèle.

Document d’information

Valeur des terres agricoles – Commentaires Automne 2002

Depuis plus de 40 ans, Financement agricole Canada (FAC) s’efforce
d’aider les agriculteurs canadiens à réussir. Consciente qu’en
agriculture, la réussite passe par la connaissance du marché, FAC
a créé le rapport Valeur des terres agricoles. Ce rapport, unique
à FAC, est la seule source de renseignements sur la valeur des
terres agricoles canadiennes. Il est publié tous les six mois.

Tendances nationales

La valeur des terres agricoles est demeurée stable ou a augmenté
dans l’ensemble des provinces dans la première moitié de 2002. La
progression de 2,57 pour cent de la valeur des terres, qui dépasse
celle de 0,8 pour cent publiée en janvier dernier, représente la
plus importante hausse des valeurs en cinq ans. Il s’agit, en
outre, du cinquième semestre consécutif de croissance de la valeur
des terres, un bon indicateur de la forte demande de terres
agricoles sur le marché canadien.

Méthodologie

En 1985, FAC a mis sur pied un système reposant sur 245 terres
agricoles repères afin de suivre les variations annuelles de la
valeur des terres nues dans l’ensemble du pays. Depuis 1990, les
valeurs sont mises à jour tous les six mois, soit le 1er janvier
et le 1er juillet. Les parcelles de terres qui ont été choisies
représentent les catégories de sols les plus répandues dans chaque
district de recensement. Les terres agricoles repères sont des
secteurs zonés agricoles en fonction de leur utilisation actuelle.
Un facteur de pondération est appliqué à chacune d’elles et à
chaque province, en fonction des terres à culture améliorées qui
ont été consignées lors du Recensement agricole de 1996. Le
processus d’évaluation consiste à mettre à jour la valeur
marchande estimative de chaque terre agricole repère tous les six
mois. Les évaluateurs de FAC fondent leur estimation de la valeur
sur des ventes récentes de terres nues comparables qui ont été
réalisées entre des personnes sans lien de dépendance. Une fois
les ventes choisies, elles sont examinées, analysées et rajustées
par rapport aux terres repères. Les valeurs individuelles sont
rapprochées avant que des évaluateurs accrédités ne passent en
revue les rapports d’évaluation.

Tendances provinciales

C’est le Québec qui a connu la hausse la plus marquée parmi les
provinces, soit 6,2 pour cent comparativement à 4,8 pour cent dans
le dernier semestre de 2001.

A Terre-Neuve et au Labrador, ainsi qu’à l’ le-du-Prince-Edouard,
la valeur des terres agricoles est demeurée inchangée pendant
toute l’année civile. La valeur des terres est aussi demeurée
stable en Nouvelle-Ecosse, maintenant son augmentation de 2,4 pour
cent réalisée dans la période d’évaluation précédente.

En Ontario, la valeur des terres agricoles a poursuivi sa
croissance soutenue, avec une progression de quatre pour cent. Il
s’agit d’une hausse par rapport à l’augmentation de 3,1 pour cent
enregistrée dans la période de six mois précédente.

Pour la première fois depuis 1999, la valeur des terres en
Saskatchewan a progressé, affichant une hausse de un pour cent,
comparativement à une baisse de 0,4 pour cent dans le deuxième
semestre de 2001. Le Manitoba, quant à lui, a connu une hausse de
2,1 pour cent, comparativement à la croissance de 0,2 pour cent
signalée en janvier 2002. En Alberta, la valeur des terres
agricoles a grimpé de 4,5 pour cent, ce qui constitue une hausse
considérable par rapport à la progression de 1,6 pour cent
enregistrée au cours du semestre précédent.

La Colombie-Britannique a affiché une croissance stable de la
valeur des terres agricoles, soit une progression de 2,1 pour cent
comparativement à la hausse de 0,1 pour cent signalée au début de
2002.

Québec

Tel que signalé dans les rapports précédents, la demande de terres
pour expansion est demeurée stable dans les régions à forte
concentration d’exploitations d’élevage et particulièrement
d’exploitations porcines. La demande de terres pour l’élimination
du fumier est également forte. La valeur des terres dans les
régions non touchées par ces conditions est généralement demeurée
inchangée. L’année 2001 a été difficile pour les producteurs de
grain, étant donné le faible nombre d’acheteurs sur ce marché.

Colombie-Britannique

Après être demeurée relativement stable au cours des douze
derniers mois, la valeur des terres agricoles en
Colombie-Britannique affiche une progression. Le mouvement à la
hausse de la valeur des terres, particulièrement dans la partie
nord de rivière de la Paix et sur le marché résidentiel de la
région intérieure rurale, en raison surtout de la vigueur des
revenus d’appoint et de la faible offre de terres. La valeur des
terres dans le Lower Mainland est, pour sa part, demeurée stable
ou a augmenté légèrement. La valeur des terres dans la vallée de
l’Okanagan est demeurée à peu près inchangée, sauf dans les
régions propices à la production intensive de fruits où elle a
progressé. La valeur des terres sur l’île est demeurée
relativement stable.

Alberta

La valeur des terres albertaines a poursuivi sa tendance à la
hausse de longue date. L’expansion des fermes, le marché de
l’emploi à l’extérieur de la ferme et la demande continue des
exploitants agricoles qui déménagent dans la province continuent
d’alimenter cette tendance. La valeur des terres a continué
d’augmenter dans le corridor central, mais celle des terres sèches
des régions du sud et de l’est commencent à montrer des signes
d’essoufflement. La valeur des terres irriguées, des pâturages et
des terres destinées à la production de fourrages est demeurée
forte en raison des besoins de pâturage et de fourrage. La valeur
des terres irriguées n’augmente toutefois plus au rythme des
dernières années.

Saskatchewan

La tendance à la baisse de la valeur des terres agricoles des
trois dernières années semble être terminée. On signale, en effet,
une progression de la valeur des terres en Saskatchewan au cours
de la dernière période. Une attitude prudente persiste toutefois
étant donné la faiblesse des cours des denrées, l’augmentation des
coûts de production et la sécheresse dans certaines régions. Les
acheteurs de terres à pâturage et à culture de fourrages, venant
de l’extérieur de la province, ont contribué à la progression des
prix des terres.

Manitoba

La valeur des terres agricoles au Manitoba, stables au cours des
trois dernières années, montre des signes encourageants. Une
demande accrue pour des terres a contribué à faire monter les
prix. La diversification de la production agricole a aussi
contribué à cette tendance. Ce sont les régions propices à
l’élevage du bétail et à la production de cultures spéciales qui
ont affiché les plus fortes augmentations de la valeur des terres.

Ontario

L’évolution de la valeur des terres varie beaucoup d’une région à
l’autre de la province. Divers facteurs ont influencé cette
tendance. Dans les régions où les terres de qualité inférieure
sont utilisées à des fins de culture commerciale, la valeur est à
la baisse en raison des faibles rendements dans ce secteur. Dans
les régions caractérisées par l’expansion et de nouveaux
investissements dans les secteurs du lait, de la volaille et du
porc, la demande est forte, peu importe le type de terre. Les
exploitants ont besoin de terres pour l’élimination du fumier
étant donné la mise en oeuvre imminente de la nouvelle loi sur la
gestion des éléments nutritifs. Les marchés de Perth, Oxford,
Bruce, Huron et Elgin, où les sols d’argile lourde et à faible
rétention d’eau domine, semblent résister à toute évolution des
prix. Le prix élevé des résidences urbaines et la demande de
maisons de campagne et de fermes de loisir se fait sentir sur les
marchés au nord de Toronto et en périphérie d’Ottawa. La demande
de terres affectées à la culture de betteraves à sucre a augmenté
dans la région de Chatham, tandis que de terres sablonneuses
propices à la culture de légumes (tomates) demeure forte dans la
région de Leamington, où les prix sont demeurés stables.

Nouveau-Brunswick

La valeur des terres est demeurée inchangée dans les régions
affectées à la culture de pommes de terre du Nord et de la vallée
de St. John River. Dans la région du Centre-Sud de la province,
où les terres sont surtout utilisées pour la production laitière,
l’acquisition de terres pour la production de fourrages et de
grains par les producteurs laitiers a fait légèrement progresser
la valeur des terres. Les producteurs laitiers, qui, de façon
générale, augmentent leur niveau de production de lait, ont vu
leur besoin de fourrages croître. C’est donc afin de maintenir
leur production plus élevée de lait par vache que les producteurs
laitiers ont été plus actifs sur le marché des terres agricoles.

Ile-du-Prince-Edouard

La valeur des terres est demeurée stable au cours des six derniers
mois. La sécheresse de l’an dernier a créé un climat
d’incertitude alors que les rendements ont été inférieurs à la
moyenne, ce qui s’est répercuté sur les projets d’investissement
des producteurs de pommes de terre. En raison de la diminution de
leurs bénéfices nets, les producteurs sont plus prudents. La
nouvelle loi provinciale exigeant la rotation des cultures en rang
n’a pas encore eu d’effet sur la valeur des terres puisqu’elle
vient tout juste d’être adoptée.

Nouvelle-Ecosse

Pendant la période d’évaluation, la valeur des terres est demeurée
inchangée dans chacune des trois principales régions de la
province où des évaluations ont été effectuées. La stabilité du
marché témoigne de l’équilibre entre l’offre et la demande de
terres. Cet équilibre ne signifie pas qu’il n’y a pas eu de
transactions, mais plutôt que les transactions effectuées ont
reflété l’importante majoration de 2,4 pour cent signalée en
janvier 2002.

Terre-Neuve et Labrador

La valeur des terres est à nouveau demeurée inchangée pendant la
période d’évaluation à Terre-Neuve et au Labrador. Dans la région
agricole de l’Ouest, autour de Deer Lake, la demande de terres des
producteurs laitiers a été modérée et comblée par l’offre. Il n’y
aa donc pas eu de pression à l hausse sur les valeurs. Dans la
presqu’île d’Avalon et en périphérie de St. John’s, la demande et
les prix des terres agricoles se sont stabilisés.

Vérifier les valeurs des terres agricoles en ligne

Vous pouvez maintenant accéder à de l’information locale sur la valeur des
terres agricoles à peu prêt partout au Canada tous les jours 24
heures sur 24 grâce au nouveau service Valeurs des terres
agricoles en ligne, le plus récent d’une gamme croissante de
services en lignes offerts sur le site Web de FAC.

Vous n’avez qu’à vous inscrire aux services en ligne de FAC sur le site web. L’inscription est gratuite et vous permettra
d’accéder rapidement et facilement aux données sur l’évolution de
la valeur des terres agricoles dans des régions spécifiques de
chaque province au cours des 12, 18 ou 24 derniers mois.
L’utilisateur peut spécifier le type de terre (ex. terre cultivée,
terre cultivée irriguée, pâturage, terre irriguée à drainage
souterrain) et l’utilisation (ex. grain, verger, lait, etc.).
Valeur des terres agricoles en ligne présente des valeurs
maximales, minimales et moyennes à l’hectare et à l’acre pour
chaque région.

Le service Valeur des terres agricoles en ligne a été lancé en
réaction aux nombreuses demandes pour de l’information à jour sur
les tendances locales de la valeur des terres agricoles. FAC est
la principale source de renseignements sur la valeur des terres
agricoles de l’industrie agricole depuis deux décennies. Elle
publie, deux fois par année, le rapport Valeur des terres
agricoles, qui donne un aperçu des tendances provinciales sur le
plan de la vente de biens-fonds agricoles. Le rapport peut aussi
être téléchargé à partir du site Web de FAC.

Les autres services en ligne de FAC comprennent : un aperçu
agricole, une mine d’articles détaillés et avant-gardistes sur la
gestion financière agricole; les cours quotidiens des denrées en
ligne; les prévisions météorologiques régionales; le calculateur
de prêt et la trousse de financement agricole; les publications de
FAC et la demande de prêt en ligne. Si vous êtes déjà un client
de FAC, vous pouvez aussi vérifier le solde de vos emprunts en
ligne.

Le personnel dévoué de FAC tient le site Web de la société
continuellement à jour à l’aide d’une technologie et de processus
innovateurs. Il s’efforce de mettre à la portée de vos doigts une
information à jour sur l’industrie agricole. Si vous avez des
suggestions, vous pouvez communiquer avec nous sur notre site Web.
Nous vous remercions pour vos idées qui nous aideront à améliorer
continuellement nos services.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Financement agricole Canada (FAC)

http://www.fcc-sca.ca/

Commentaires