L’ACIA termine l’enquete sur l’ESB

Ottawa (Ontario), 3 mars 2006 – L’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) a terminé son enquête sur le cas d’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) dont le diagnostic a été confirmé le 22 janvier 2006. Aucun autre cas de la maladie n’a été détecté dans le cadre de l’enquête.

L’enquête a retracé deux des descendants de l’animal touché et 156 bovins nés à l’exploitation d’origine dans les 12 mois précédant et suivant la naissance de l’animal touché.

L’ACIA a évalué plusieurs sources possibles d’infection. Des aliments du bétail contaminés se sont révélés être la source la plus probable. Les enquêteurs ont examiné ce que l’animal touché avait pu consommer au début de sa vie lorsque les bovins sont les plus vulnérables à l’agent de l’ESB. Même si on n’a pu déterminer l’origine de manière probante, l’ACIA est d’avis que les aliments du bétail ont probablement été contaminés pendant leur fabrication, leur transport ou leur entreposage. Cette conclusion est conforme aux expériences de la plupart des pays touchés par l’ESB où l’on continue de détecter cette maladie à une incidence réduite sur des animaux nés après la mise en oeuvre de mesures de contrôle des aliments du bétail.

L’interdiction canadienne frappant les aliments du bétail a pour objet de limiter la propagation de l’ESB et d’éradiquer un jour la maladie; on sait toutefois très bien qu’il est possible que l’on détecte des cas au hasard au fil du temps. L’ACIA est résolue à améliorer constamment les mesures canadiennes de protection contre l’ESB et, conformément à cet objectif, renforcera davantage sa capacité de vérifier que l’interdiction frappant les aliments du bétail est appliquée de manière adéquate dans les provenderies commerciales et les usines d’équarrissage.

De surcroît, des activités d’information et de sensibilisation se poursuivront et seront améliorées afin de rappeler aux exploitants d’usines d’équarrissage et de provenderies, aux transporteurs, aux détaillants d’aliments du bétail et aux producteurs de bovins, les responsabilités qui leur reviennent en vertu de l’interdiction frappant les aliments du bétail. La campagne fera fond sur les communications antérieures avec l’industrie et mettra en évidence l’importance d’appliquer les mesures de contrôle de manière cohérente et rigoureuse, afin de limiter la contamination des aliments du bétail aux niveaux de la production, du détail et de l’exploitation agricole.

La salubrité des aliments est protégée grâce au retrait des matières à risque spécifiées (MRS) de tous les animaux abattus au Canada pour l’alimentation humaine. Les MRS sont les tissus des animaux infectés qui sont reconnus abriter l’agent de l’ESB. Cette mesure de protection clé est reconnue à l’échelle internationale comme étant la façon la plus efficace de protéger la santé publique contre l’ESB.

L’ACIA a proposé d’apporter des modifications réglementaires de l’interdiction frappant les aliments des animaux qui permettraient également de retrancher les MRS de tous les aliments des animaux. Ces améliorations permettraient au Canada d’éradiquer plus rapidement l’ESB en réduisant de beaucoup le risque de contamination dans la filière des aliments du bétail, et notamment aux exploitations agricoles.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA)
http://www.cfia-acia.agr.ca/

Commentaires