L’Agence de vente du sirop : c’est parti !

Saint-Georges (Québec), 22 mai 2002 – Au 17 mai 2002, les livraisons vont bon train. C’est un volume de 20 millions de livres de sirop qui est livré et classé chez les acheteurs autorisés. Ce sont 3100 livraisons qui ont été effectuées par les acériculteurs du Québec. De ce nombre, 1000 acériculteurs ont reçu leur paiement. Mille autres acériculteurs le recevront par la poste ces jours-ci, tel que prévu.

Pour le secrétaire du Syndicat des acériculteurs de la Beauce, Monsieur Marcel Gaulin, qui nous a communiqué ces données, l’Agence de vente est bel et bien démarrée.

« Depuis plusieurs années, les acériculteurs réclament d’avoir une stabilité de prix, un paiement rapide et une garantie d’être payés pour le sirop qu’ils mettent en marché. En d’autres mots, les acériculteurs veulent que le prix de leur sirop soit maintenu chaque année pour le volume correspondant aux besoins du marché, et que les excédents soient retirés du marché pour en disposer les années où la récolte sera moindre. De plus, pour éviter les risques de ne pas être totalement payés, ils demandent aux acheteurs de déposer une garantie de solvabilité, puis, pour rencontrer leurs obligations financières, ils veulent un paiement rapide. »

Pour atteindre ces objectifs, un processus de consultation et de décision s’est mis en branle en l’an 2000. Il y a eu des assemblées d’information et de consultation dans toutes les régions du Québec, puis les assemblées générales des syndicats et, enfin, l’assemblée générale de la Fédération où les délégués de chacune des régions se sont prononcés et ont voté. Ainsi, il y a eu décision de présenter à la Régie des marchés agricoles un règlement de vente. La Régie a statué sur ce règlement qui est entré en vigueur le 28 février 2002.

La Fédération des producteurs acéricoles du Québec a donc le pouvoir de gérer la vente et le paiement du sirop, ainsi que les inventaires.

Le règlement précise les modalités de vente du sirop d’un producteur à un acheteur autorisé. Il précise également le paiement du sirop aux producteurs par la Fédération, soit en trois versements (15 juillet, 15 novembre et 15 mars), et ce, selon les ventes effectuées les mois précédents chacune des avances.

Le paiement du sirop à la Fédération par les acheteurs autorisés est décrit dans une convention de vente homologuée par la Régie et prenant également effet le 28 février 2002. Cette convention stipule que le 15 du mois suivant, les acheteurs autorisés doivent payer à la Fédération au moins 30% du sirop reçu au cours du mois précédent ou des ventes réelles, le plus élevé des deux montants. En Beauce, certains acheteurs ont manifesté leur intention de payer totalement le sirop reçu.

Nous pouvons donc constater que la majorité des points défendus par les acériculteurs se retrouvent soit dans le règlement de vente ou encore dans la convention de vente. Il reste cependant un point important : la rapidité de paiement. Les acheteurs n’ayant pas l’obligation d’acheter tous leurs besoins en sirop au printemps pourraient, si on oblige le paiement intégral, procéder à leurs achats au fur et à mesure de leurs besoins, soit durant toute l’année. Quels sont les acériculteurs qui livreraient et seraient payés en premier et quels seraient les malheureux qui livreraient et seraient payés en janvier, février ou mars de l’année suivante?

Pour remédier à cette situation, la Fédération a négocié un emprunt (100M$) de la Financière agricole du Québec. Cet emprunt permet à la Fédération de payer les acériculteurs plus vite que le règlement de vente et plus vite que les acheteurs paient à la Fédération. Ces paiements sont également des avances, mais de 80% de la valeur du sirop dans les 30 jours du classement, de 15% le ou avant le 1er décembre, puis le solde le 15 mars de l’année suivante en tenant compte des ventes par catégorie.

Bien entendu, personne ne prête de l’argent sans avoir des garanties. Les ententes avec La Financière agricole sont que le sirop de chaque producteur doit être mis en garantie pour obtenir les avances de 80%-15%-solde, sinon c’est le règlement de vente qui s’applique (15 juillet, 15 novembre, solde). Les formulaires émis par la Fédération ont pour but d’avoir des avances de paiement plus substantielles et plus rapides que le règlement. Votre syndicat peut vous aider à les compléter.

Pour M. Marcel Gaulin, la récolte 2002 a été de très bonne qualité, tant en couleur qu’en saveur. Le volume produit se situe entre 65 et 70 M de livres, ce qui est près des besoins du marché. La réserve de sirop de 2000 peut combler d’autres besoins, s’il y a lieu.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Fédération des producteurs acéricoles du Québec

http://www.maple-erable.qc.ca/

La Financière agricole du Québec

http://www.financiereagricole.qc.ca

Commentaires