L’aide US à l’agriculture irrite le Canada et le Mexique

Arizona (États-Unis), 15 mai 2002 – Les autorités agricoles des États-Unis, du Canada et du Mexique se sont rencontrés afin de discuter de commerce et de terrorisme, mais la nouvelle loi américaine haussant les subventions aux cultivateurs des États-Unis risque de dominer l’ordre du jour.

Le président américain George W. Bush a signé lundi une nouvelle loi de 51,7 milliards$ US qui hausse de 67% les subventions aux produits agricoles et laitiers pour les six prochaines années. La nouvelle loi prévoit aussi l’application d’étiquettes identifiant le pays d’origine sur les emballages de viande, de fruits, de légumes, de poisson et d’arachides.

Le Canada et le Mexique, d’importants partenaires commerciaux des États-Unis, ont uni leur voix à celles de l’Union européenne, de l’Australie, de l’Argentine et du Brésil, qui critiquent Washington pour faire don de milliards de dollars en subventions à ses industries tout en exigeant des autres pays qu’ils éliminent leurs subventions agricoles.

Le secrétaire mexicain à l’Agriculture, Javier Usabiaga, devrait d’ailleurs soulever la délicate question lorsqu’il rencontrera jeudi son homologue américaine Ann Veneman.

La rencontre entre responsables de l’Accord de libre-échange nord-américain (Aléna) portera notamment sur les mesures de sécurité aux frontières dans la foulée des attentats du 11 septembre dernier sur le World Trade Center à New York et le Pentagone à Washington.

La politique agricole nationale des États-Unis a « causé au Mexique une considérable indigestion lors de la réunion de l’an dernier », a noté Sheldon Jones, président élu de l’Association nationale des départements d’État à l’Agriculture des États-Unis (National Association of State Agriculture Departments).

« C’était leur principale inquiétude et je suis certain que cela n’a pas changé », a-t-il ajouté.

Le ministre canadien de l’Agriculture, Lyle Vanclief, un des plus critiques envers la politique américaine, ne pourra pas assister à la rencontre en raison d’un conflit d’horaire. Ottawa enverra tout de même un représentant du ministère du Commerce international.

Le ministre Vanclief a annoncé le mois dernier que le Canada étudiait la possibilité de mettre en place de nouvelles subventions à ses cultivateurs pour contrer l’aide financière américaine.

L’administration Bush, qui espère que ses nouvelles subventions à l’agriculture l’aideront pour les élections du Congrès cet automne, a reconnu que la nouvelle loi n’est pas parfaite, tout en promettant qu’elle ne violera pas les accords internationaux sur le commerce.

La rencontre de jeudi doit mettre l’accent sur les façons de tenter de résoudre les conflits commerciaux actuels et les moyens de protéger l’industrie agricole contre le terrorisme, mais elle ne prévoit pas l’établissement de politiques fédérales.

Sheldon Jones a indiqué que les États-Unis et le Mexique demanderont à Ottawa de réformer la Commission canadienne du blé (CCB) et de permettre davantage de concurrence en dévoilant publiquement les prix de son marché. La CCB détient le monopole des exportations en ce qui a trait aux ventes de blé et d’orge cultivés dans les Prairies canadiennes.

Le Canada et le Mexique sont respectivement les deuxième et troisième marchés d’exportation pour les produits agricoles américains, après le Japon. Plus de 250 millions$ US de produits agricoles sont exportés dans les deux pays chaque semaine.

Source : Reuters

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada

http://Aceis.AGR.CA/

United States Department of Agriculture (USDA)

http://www.usda.gov/

Commentaires