Le Canada forge une alliance commerciale internationale

Genève (Suisse), 28 octobre 2002 – Les dirigeants agricoles canadiens ont rencontré des homologues étrangers représentant différents organismes agricoles nationaux dans le but de rédiger une déclaration conjointe prônant l’établissement de règles justes et équitables sur le commerce agricole par l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

« Nous espérions non pas créer une nouvelle position sur le commerce, mais
plutôt recueillir un appui international pour la position de la Fédération

canadienne de l’agriculture (FCA), et nous avons réussi », a déclaré Bob
Friesen, président de la FCA.

« Nous avons discuté avec d’autres pays aux vues similaires et ils ont
convenu que des règles commerciales reconnues à l’échelle internationale
doivent satisfaire aux critères fondamentaux suivants : les résultats des
négociations sur le commerce agricole doivent habiliter les agriculteurs,
procurer des avantages à l’échelon de l’exploitation agricole, reconnaître
la valeur des mécanismes utilisés dans le commerce intérieur, par exemple
la mise en marché ordonnée, répondre aux besoins des agriculteurs
dépendants des exportations, fournir de meilleurs débouchés à
l’exportation et assurer que toutes les formes de mesures qui faussent les
échanges sont soumises à des disciplines de l’OMC. »

Les signataires de la déclaration sont arrivés à une entente sur onze

principes directeurs devant établir les assises des négociations
commerciales multilatérales. Le premier de ces principes stipule que
l’actuelle série de négociations de l’OMC doit avoir des résultats
avantageux pour les agriculteurs du monde entier. Les négociations doivent
améliorer le fonctionnement des marchés agricoles, notamment par des
systèmes de mise en marché ordonnée comme la gestion de l’offre. Les
négociateurs doivent reconnaître qu’il peut falloir varier le niveau de
traitement spécial et différentié en fonction du niveau de développement
des pays. Les principes directeurs reconnaissent aussi l’OMC comme le
principal véhicule pour l’établissement de règles commerciales justes et
efficaces.

Outre la FCA, les signataires de la déclaration sont : le Comité des organisations professionnelles agricoles de l’Union européenne (COPA), le

Comité général de la coopération agricole de la Communauté économique
européenne (COGECA), l’Union des agriculteurs d’Islande, JA Zenchu
(Japon), la Coopérative agricole nationale de Corée, l’Union des
agriculteurs de la Norvège, la Fédération des coopératives de
commercialisation du Sri Lanka, l’Union des agriculteurs de la Suisse et
le Réseau des organisations paysannes et de producteurs agricoles de
l’Afrique de l’Ouest (ROPPA – pays participants : Bénin, Burkina Faso,
Côte d’Ivoire, Gambie, Guinée-Bissau, Mali, Niger, Sénégal, Togo).

« Il importe de souligner que cette déclaration ne rallie pas uniquement
les grandes puissances économiques mondiales. C’est une déclaration à
laquelle ont adhéré des agriculteurs de pays industrialisés aussi bien de
pays en développement, dans l’intérêt des agriculteurs du monde entier »,
a précisé M. Friesen.

La position commerciale de la FCA reflète la position initiale du
gouvernement du Canada dans les négociations sur le commerce. La FCA
continuera de forger des alliances avec des pays du monde entier,
notamment dans le cadre d’un processus constructif au sein du Groupe de
Cairns.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Fédération Canadienne de l’agriculture

http://www.cfa-fca.ca/

Commentaires