Le crabe commun s’ajoute à la liste des espèces désignées

Québec (Québec), 30 juillet 2009 – Le député de Kamouraska-Témiscouata, ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, ministre responsable des Affaires intergouvernementales canadiennes et de la Réforme des institutions démocratiques, leader adjoint du gouvernement et ministre responsable de la région du Bas-Saint-Laurent, M. Claude Béchard, annonce que le crabe commun devient une espèce désignée au même titre que le crabe des neiges, la crevette nordique, le homard, la mye commune et le poisson de fond.

« Cette nouvelle désignation s’appuie sur la demande de l’Associationquébécoise de l’industrie de la pêche et sur la recommandation du comitéd’intérêt public. Elle vise essentiellement à maximiser les retombéeséconomiques de la transformation des produits marins tout en veillant à cequ’une augmentation de la capacité d’exploitation de ce crustacé ne puissemettre en péril la viabilité des usines existantes », a précisé M. Béchard.

Rappelons que, selon les scientifiques de Pêches et Océans Canada, lesstocks de crabe commun sont exploités à leur maximum et les quotas alloués auxpêcheurs ne devraient pas s’accroître au cours des prochaines années.

L’entrée en vigueur de cette mesure implique la mise à jour des permisexistants des établissements situés en région maritime. D’après les donnéesdes cinq dernières années, trois établissements titulaires d’un permis detransformation de produits marins sont concernés par cette disposition. Cesont Dégust-Mer inc., de Sainte-Thérèse-de-Gaspé; Cap sur Mer inc., desÎles-de-la-Madeleine, et Poséidon – Les Poissons et Crustacés inc., deLongue-Pointe-de-Mingan. A ceux-ci s’ajoute l’entreprise E. Gagnon et Filsltée, de Sainte-Thérèse-de-Gaspé, qui avait demandé au Ministère, en 2008, lesautorisations nécessaires pour la transformation de cette espèce et qui ainvesti en conséquence pour se pourvoir de matériel et d’équipement.

« En somme, la décision du Ministère témoigne de la volonté dugouvernement du Québec de favoriser le développement harmonieux et durable dusecteur de la transformation des produits marins. Avec des règles dedélivrance et de renouvellement des permis plus rigoureuses, ce secteur estmieux outillé pour exploiter les stocks marins et produire des retombéeséconomiques accrues dans les régions maritimes », a conclu le ministre Béchard.

Les titulaires de permis touchés recevront dans les prochaines semainesun avis au sujet de la nouvelle mesure. Ils seront par la suite informés desconditions ou restrictions particulières qui seront dorénavant rattachées àleur permis.

L’appellation « espèce désignée » est utilisée en vertu de la Politiqueministérielle de délivrance et de renouvellement des permis d’exploitationd’établissement de préparation et de conserverie de produits marins. Ellepermet au ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentationd’établir des conditions préalables à la délivrance ou au renouvellement d’unpermis de transformation de l’espèce désignée.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)
http://www.mapaq.gouv.qc.ca

Pêches et Océans Canada
http://www.dfo-mpo.gc.ca/

Commentaires