Le soleil est de retour!



Après une semaine de pluie, le beau temps est de retour. Ce second départ de la récolte de soya sera-t-il le bon?

4 octobre 2010 – Après une semaine de pluie qui s’est soldée par le déluge de jeudi dernier, voilà enfin que le sol et les gousses de soya s’assèchent.

Environnement Canada prévoit du beau temps partout en province. Par contre, de la pluie est prévue pour jeudi, pratiquement partout sauf au Saguenay-Lac-Saint-Jean et en Abitibi-Témiscamingue.

Le temps le plus froid sera dans la nuit de lundi à mardi, s’approchant de zéro degré Celsius. Par la suite, le temps sera légèrement plus chaud que les moyennes saisonnières.

À peine enclenchée (moins de 2 %), la récolte de soya au Québec devrait redémarrer en ce début de semaine. Les quelques superficies récoltées à ce jour ont donné d’excellents rendements, oscillant de 1,2 à 1,5 tonne à l’acre, rapporte Annie DesRosiers, agronome pour l’est du Québec chez Pioneer.

« La plupart des producteurs devraient avoir une très bonne récolte de soya, dit Annie DesRosiers. Nous avons eu de l’humidité, mais à cause de la forte chaleur, la moisissure blanche ne s’est pas installée. »

La récolte de soya n’accuse pas encore de retard, mais si des conditions d’alternance de pluie et de temps sec devaient se poursuivre, le soya pourrait être vulnérable à la pourriture des graines (Phomopsis longicolla).

En Ontario, la pourriture des graines est considérée comme la maladie du soya la plus grave. Elle survient quand les conditions automnales sont chaudes et pluvieuses, et que la récolte est retardée. Une moisissure blanche ou grise peut apparaître à la surface des graines, tandis que des petites fentes apparaissent près du hile des graines infectées.

Cette maladie peut entraîner un déclassement, notamment chez les producteurs de soya IP.

Fait curieux cette année, certains champs de maïs se retrouvent prêts à récolter en même temps que le soya. Ceux qui récoltent du maïs humide pourraient bientôt débuter, tout comme ceux qui ont semé des hybrides hâtifs pour le maïs sec.

En réaction aux conditions de l’an passé, plusieurs producteurs ont choisi des hybrides plus hâtifs, explique Annie DesRosiers. Avec la saison de croissance exceptionnelle que nous venons de connaître, ces hybrides pourraient atteindre de 24 % à 26 % d’humidité dès cette semaine. « Les belles conditions de cette semaine seront idéales pour faire sécher le maïs, sans avoir à trop réchauffer l’air extérieur. »

Commentaires