Les artisans fromagers dénoncent le plan de soutien et de développement de l’industrie fromagère

Québec (Québec), 6 octobre 2008 – En ce jour de remise des prix Caseus, les artisans fromagers n’ont pas le coeur à la fête et dénoncent avec vigueur la timidité et la mollesse du plan annoncé vendredi dernier par le ministre Laurent Lessard.

Le 6 septembre dernier, après avoir investit brutalement fromageries etboutiques, après avoir jeté des tonnes de fromages sans autre vérification,avoir détruit illégalement les preuves et avoir créé une psychose sociale sansprécédent, le MAPAQ, par l’entremise de son premier mandataire, n’estmanifestement pas en mesure de corriger ses erreurs de procédure. Nonseulement le Mapaq ne requestionne pas ses méthodes et ses procéduresd’intervention, mais il soumet un plan qui tend à le disculper. Or, leVérificateur général, dans son rapport à l’Assemblée nationale pour l’année2005-2006 tome 1, identifiait déjà de nombreuses lacunes que l’opération« Guerre au lait cru » a réaffirmées de façon flagrante.

Lors de leur dernière rencontre avec le ministre Lessard, les artisansfromagers avaient fait connaître leurs demandes pour que la relance desactivités soit un succès. La première en importance ciblait une aide directeet immédiate aux fromageries artisanales touchées par la crise. Force est deconstater que M. Lessard n’a pas entendu cette requête et qu’il tarde àmesurer l’ampleur de la crise, contrairement à la Fédération des producteursde lait du Québec qui, elle, soutient concrètement et directement ses membresfromagers. La situation financière de l’ensemble des fromageries artisanalesest précaire et le plan proposé ne garantit pas une amélioration rapide etdurable de cette situation. De plus, les artisans de la chèvre et de la brebisse retrouvent laissés-pour-compte sans aide d’appoint substantielle.

Le regroupement de Fromages de Pays trouve insuffisant l’instaurationd’un programme de prêts sans intérêt pour un an. Les fonds alloués sont minceset ils ne font que reporter dans le temps une problématique qui s’amplifierasi la situation devait perdurer. Le groupe souhaite un congé d’intérêt pour lapériode de l’emprunt et la garantie du ministère que les procédures serontsimplifiées et sans condition pour l’accès au crédit. Les fromagers réitèrentleur demande d’une aide qui tienne compte des pertes de production, des pertesde produits détruits pour cause de péremption et de la baisse des ventesactuelles et anticipées.

Depuis le début de cette crise, les produits fromagers artisanaux ont étédurement touchés, tout particulièrement les fromages au lait cru qui ont étémis au banc des accusés. La Santé publique attaque sans vergogne ces produitsdistinctifs, souvent à tort et à travers, pendant que d’autres états et payscomme la Californie et la France autorisent et promeuvent la vente de lait cruet de fromage au lait cru sur leur territoire. Le plan proposé laisse entendreque ces produits sont dangereux et qu’ils sont en liberté surveillée, alorsque plusieurs spécialistes confirment que les fromages au lait cru sont bonspour la santé.

Dans l’optique du développement durable du secteur fromager Québécois, ilapparaît clair que l’approche concertée est plus porteuse que l’approchepolicière et répressive; aussi nous demandons au gouvernement de prendre partpleine et entière à la filière fromagère qui examinera et règlementera lesconclusions de la présente crise, et ce pour l’intérêt de l’agriculture et duconsommateur québécois.

Il nous apparaît important que dans l’application d’un fonds pour la miseen valeur des fromages québécois, le MAPAQ développe une stratégie spécifiqueaux produits artisanaux touchés par la crise actuelle et qu’il exerce unediscrimination positive à leur endroit pour augmenter la visibilité desfromages artisans, auxquels, nous savons les consommateurs très attachés.

Pour continuer à mettre les fromages du Québec dans son assiette, commele souhaite le ministre Lessard, il faudra éviter de tuer à grand coup d’eaude javel le patrimoine gastronomique Québécois le plus réputé en Amérique.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)
http://www.mapaq.gouv.qc.ca

Commentaires