Les commerces britanniques ruraux veulent des compensations du gouvernement

Londres (Angleterre), 21 avril 2002 – Les commerces ruraux gravement touchés par l’épizootie de fièvre aphteuse de l’an dernier ont commencé leur combat juridique pour obtenir un milliard de livres (1,57 milliards d’euros) de compensations de la part du gouvernement, ont annoncé leurs avocats.

Ces commerçants reprochent au gouvernement de ne pas avoir réussi à détecter la maladie et à arrêter sa progression à travers la Grande-Bretagne.

Les avocats de l’accusation, qui représentent environ 2500 personnes, ont remis une lettre au ministère de l’environnement, de l’alimentation et des affaires rurales vendredi annonçant leur intention de le poursuivre pour dommages et intérêts.

Ils réclament aussi une enquête publique et l’établissement de sauvegardes permettant d’assurer qu’une nouvelle explosion épidémique ne se reproduira pas.

Plus de 4 millions de têtes de bétail ont été abattues l’an dernier afin de contenir l’épizootie de fièvre aphteuse, inoffensive pour les humains mais très dangereuse pour les bovins, les moutons et les porcs.

L’épizootie a dévasté le marché des exportations de viande britannique et ravagé son industrie du tourisme rural. Le gouvernement a estimé le coût de cette flambée de la maladie à plus de 2,7 milliards de livres (4,3 milliards d’euros). Une flambée qui a entraîné d’autres pertes qui se comptent en millions pour le tourisme et le commerce en partance et à destination de la Grande-Bretagne.

Le dernier cas de la maladie a été recensé le 30 septembre dernier et le pays a été officiellement déclaré débarrassé de la fièvre aphteuse le 23 janvier.

Source : AP

Commentaires