Les dirigeants agricoles comparaissent devant un comité sénatorial

Ottawa (Ontario), 11 mai 2006 – Des dirigeants de la Fédération canadienne de l’agriculture (FCA) ont comparu devant le Comité sénatorial permanent de l’agriculture et des forêts pour faire le point sur la situation actuelle des revenus agricoles mais aussi pour parler d’avenir. Le président de la FCA, Bob Friesen, le vice-président de la FCA représentant le Québec, Laurent Pellerin, et le deuxième vice-président de la FCA représentant la Saskatchewan, Marvin Shauf, ont pris la parole.

« Les agriculteurs canadiens sont très préoccupés par la question des revenus, tant pour ce qui est d’aborder les besoins immédiats à court terme que d’ébaucher des solutions durables, a confié Bob Friesen. Les organismes agricoles ont pour mandat de transmettre ces messages de la base aux décideurs. La FCA se réjouit d’avoir l’occasion de communiquer ces messages aux membres du Comité sénatorial permanent, car ils jouent un rôle important dans le processus décisionnel. »

La FCA a expliqué aux sénateurs que les agriculteurs canadiens, par l’entremise des organismes qui les représentent, demandent au gouvernement d’engager un financement pluriannuel pour les aider à opérer la transition à court terme en attendant que soient mises au point des stratégies à long terme. Si le budget déposé récemment prévoit un engagement financier important à l’égard de l’agriculture, le mode de distribution des fonds préoccupe cependant les agriculteurs. Ceux ci ont besoin d’en savoir plus sur les intentions du gouvernement d’utiliser ou non à cette fin la méthode d’évaluation des stocks. L’industrie a fait savoir qu’elle était prête à travailler avec le gouvernement pour garantir que les fonds seront acheminés promptement à ceux qui en ont besoin.

À long terme, la FCA a signalé aux sénateurs la nécessité d’aborder de manière stratégique la politique agricole et le financement de l’agriculture – au moyen de programmes et de politiques pouvant créer un environnement propice à l’investissement et la prise d’initiative. Les dirigeants du milieu agricole ont souligné l’importance de préserver les régimes qui fonctionnent bien pour les agriculteurs – comme la gestion de l’offre et la Commission canadienne du blé -, mais aussi la nécessité de regarder ce qui se fait ailleurs afin de trouver des modèles efficaces, par exemple les programmes des États-Unis qui « amorcent la pompe » de la croissance de l’industrie.

La FCA a présenté ses propositions préliminaires de stratégie à long terme, notamment ses projets de Cadre stratégique pour l’agriculture et de Stratégie canadienne sur les combustibles renouvelables. Les deux documents se trouvent sur son site Web.

« Nous avons eu une bonne discussion avec les sénateurs membres du Comité, a confié M. Friesen. Ils étaient manifestement intéressés à écouter nos idées et les points de vue de l’industrie de même qu’à faire oeuvre commune pour propulser l’industrie agricole vers l’avant. »

Fondée en 1935 par les agriculteurs qui souhaitaient se doter d’un porte-parole unique à Ottawa, la Fédération canadienne de l’agriculture est l’organisme agricole le plus important au Canada. Au nombre de ses membres, l’on compte des organismes agricoles provinciaux dont le mandat est d’ordre général ainsi que des organismes nationaux et interprovinciaux qui représentent des producteurs de toutes les provinces. Par l’entremise de ses organismes membres, la FCA représente plus de 200 000 agriculteurs et familles agricoles.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Fédération Canadienne de l’agriculture
http://www.cfa-fca.ca/

Commentaires