Les haies brise-vent et les écrans boisés : des moyens simples à la portée des agriculteurs

La Pocatière (Québec), 28 août 2002 – Seize producteurs de porcs de la région de la Côte-du-Sud ont fait le pari de diminuer les odeurs provenant des établissements d’élevage et de protéger les cultures, les sols et le bétail contre les agressions du vent en plantant des arbres autour de leurs bâtiments et dans les champs. Cette initiative prometteuse sera poursuivie par quelque
35 autres fermes de différentes productions.

En effet, entre juin 2001 et juin 2002, le Syndicat des producteurs de

porcs de la Côte-du-Sud, la Fédération de l’UPA de la Côte-du-Sud et
l’Institut de technologie agroalimentaire (ITA) de La Pocatière ont travaillé
de concert pour implanter des écrans boisés sur seize sites d’élevage porcin
du territoire. Les arbres ont été plantés sur trois rangées disposées
perpendiculairement aux vents dominants. L’objectif de l’écran boisé est de
provoquer une zone de turbulence entre les rangées d’arbres et les bâtiments
qui permet le mélange entre l’air pur et l’air vicié encourageant la dilution
de l’air vicié dans la basse atmosphère. Cette réduction d’odeurs peut aller
jusqu’à 50 % selon diverses études.

A la suite du succès du projet d’écrans boisés, la Fédération de l’UPA de
la Côte-du-Sud, toujours de concert avec le Syndicat des producteurs de porcs

et l’ITA de La Pocatière, a mis en oeuvre en juin 2002 un projet
d’implantation de haies brise-vent dans les champs et d’écrans boisés sur les
fermes intéressées, quelle que soit leur production. Ce projet, qui est
présentement en cours, a suscité l’intérêt chez 35 producteurs qui ont fait
préparer un estimé des coûts pour l’implantation de haies dans différents
secteurs de leur ferme. Le projet sera finalisé en octobre 2002 ou au
printemps 2003. Les arbres plantés dans les champs permettent, pour leur part,
de protéger les cultures et les sols contre les agressions du vent, en plus de
donner de l’ombre au bétail dans les pâturages. Ce projet devrait se terminer
cet automne. La Fédération songe à instaurer un projet semblable pour l’an
prochain.

Les deux projets ont été réalisés dans le cadre du plan d’action en
agroenvironnement de la Fédération de l’UPA de la Côte-du-Sud dont la première
phase s’échelonnera jusqu’en août 2004.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Institut de technologie agro-alimentaire de La Pocatière

http://www.italp.qc.ca/

Union des producteurs agricoles (UPA)

http://www.upa.qc.ca/

Commentaires