Les pays OCDE saluent la croissance, non au protectionnisme

Paris (France), 16 mai 2002 – Les pays membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) ont salué le retour de la croissance et mis en garde contre la montée du protectionnisme.

« La reprise économique est en cours après un ralentissement bref et peu profond. Les pays membres devront mettre à profit la reprise pour réduire leurs déficits », ont souligné les ministres de l’Economie dans le communiqué final publié à l’issue de deux jours de réunion à Paris.

Ils ont ajouté que les politiques monétaires, qui ont favorisé le retour de la croissance grâce à la baisse des taux d’intérêt des banques centrales, devaient « rester un soutien pour une croissance non-inflationniste ».

Selon les experts de l’OCDE, la croissance du PIB de l’ensemble de la zone devrait s’accélérer progressivement au deuxième semestre pour atteindre près de 2% en 2002 et 3% en 2003.

Les économistes de l’organisation considèrent également que compte tenu de l’accélération de la croissance économique, la Réserve fédérale américaine devrait relever ses taux d’intérêt vers le milieu de l’année. La BCE devra suivre plus tardivement si elle ne veut pas compromettre la reprise en Europe.

Les ministres des pays les plus riches du monde ont également condamné le recours au protectionnisme dans les échanges commerciaux, sans toutefois citer les Etats-Unis dans leur communiqué.

Washington a fait l’objet de vives critiques de la part des autres membres de l’OCDE en raison de la décision de l’administration Bush d’augmenter les subventions à l’agriculture et d’imposer des droits supplémentaires sur les importations d’acier.

Le Premier ministre belge Guy Verhofstadt, qui présidait cette réunion annuelle, a donné le ton dès son ouverture mercredi.

L’Europe et le Japon contre les États-Unis

« La réunion de l’OMC (de novembre dernier) à Doha constituait une lueur d’espoir. Doha appelait à réduire, voire à éliminer les subventions à l’exportation. Or je constate que, depuis lors, c’est exactement le contraire qui se passe », a-t-il souligné.

Le représentant américain au Commerce, Robert Zoellick, a décidé de ne pas venir à Paris alors qu’il devait y rencontrer le commissaire européen au commerce extérieur, Pascal Lamy.

Le Japon et l’Europe ont décidé de regrouper leurs forces pour « contrer cet éléphant qui va en sens contraire », selon les termes de Pascal Lamy.

Alors que la Commission européenne a notifié officiellement à l’Organisation mondiale du commerce la liste des produits américains susceptibles de faire l’objet de représailles dans le cadre du conflit de l’acier, le Japon devrait informer vendredi l’OMC de son intention d’imposer une hausse de 100% des tarifs douaniers sur l’acier américain.

Dans un communiqué publié à Paris le groupe de Cairns, qui regroupe 18 pays tournés vers l’agriculture, dont l’Australie et le Canada, a qualifié la décision américaine « d’immorale » car elle frappe en tout premier lieu les pays les plus pauvres.

Malgré ce tir groupé, les Américains n’ont pas baissé la garde.

« Nous demandons aux Européens de balayer devant leur porte et de mettre fin à leur attitude protectionniste et hypocrite », a répondu Andrew Natsios, un des représentants de la délégation américaine.

Le représentant au Commerce, Peter Allgeir, a pour sa part affirmé que les subventions versées par les pays du groupe de Cairns ainsi que celles des Européens étaient nettement supérieures aux subventions américaines à l’agriculture.

Pascal Lamy s’est voulu optimiste malgré le « mauvais signal » envoyé par les Etats-Unis et la pénible impression de « pédaler avec le vent de face ».

Sans fixer de date, il a dit espérer un compromis avec les États-Unis.

Source : Reuters

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE)

http://www.oecd.org/

Commentaires